Une ONG promeut la Planification Familiale à Niakaramadougou

L’ONG Agence Ivoirienne de Marketing Social (AIMAS) a initié, samedi, une sensibilisation sur la santé de la reproduction à Niakaramadougou (région du Hambol).

Cette activité, qui s’inscrit dans le cadre du Projet d’Intensification de la Politique de Planification Familiale (PIPPF), a été rehaussée par la présence des autorités traditionnelles, religieuses et sanitaires mais aussi des responsables d’associations et groupements de femmes et de jeunes de cette localité.

Des projections de film ponctuées d’échanges et d’enseignements de masse de AIMAS en début de soirée, de samedi, au quartier « Bonheur » de Niakaramadougou ont permis de sensibiliser les populations en âge de procréer sur la santé de la reproduction, notamment sur la planification familiale.

Selon Jacob Agnima YAPO, administrateur de AIMAS à l’antenne de Korhogo, le projet d’intensification de la PIPPF vise à diminuer le taux de mortalité maternelle par l’espacement des naissances.

« Plusieurs actions sont menées au niveau communication, délégation médicale et du réseau de distribution en vue d’accroître la prévalence contraceptive chez les femmes en âge de procréer à Niakaramadougou », a-t-il confié.

La santé de la reproduction, en raison du ratio de la mortalité maternelle qui est de 614 décès pour 100.000 naissances en Côte d’Ivoire (2012), constitue une préoccupation majeure pour le Gouvernement.

Bien que des causes médicales directes telles que les hémorragies (36,1 %), les dystocies (20,30%) et les avortements soient élevés, l’on déplore une faible utilisation des méthodes de contraception modernes (8% de prévalence contraceptive moderne).

Abidjan.net