La 4ème réunion annuelle du Partenariat de Ouagadougou démarre à Cotonou

C’est aujourd’hui, mercredi 9 décembre, que va démarrer la 4ème réunion annuelle du Partenariat de Ouagadougou (PO), à l’hôtel Azalaï de Cotonou au Bénin.

Échanger sur l’état d’avancement de la mise en œuvre des plans d’actions de planification familiale,  sans oublier d’examiner les succès et les défis des pays en la matière sont, entre autres, les objectifs recherchés,  selon Mme Fatimata SY, directrice de l’Unité  de Coordination du Partenariat de Ouagadougou.

Déjà, le mardi après-midi, des représentants des neufs pays francophones de l’Afrique de l’ouest (Côte d’Ivoire, Bénin, Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Sénégal, Guinée, Togo et le  Niger) et leurs partenaires ont pris d’assaut ce lieu. C’est au total près de 200 participants qui sont attendus à cette rencontre qui se veut comme le baromètre des avancées réalisées en matière de PF dans ces pays.

Cette année, un accent particulier sera mis sur le futur du partenariat, sa vision, sa mission et les objectifs pour la période 2016-2020.DSC_0326

Le Partenariat de Ouagadougou reconnaît la nécessité d’investir dans la planification familiale, surtout dans les pays de l’Afrique de l’ouest. Où l’on enregistre le taux de prévalence le plus faible en termes de contraception moderne. En Côte d’Ivoire par exemple, la  prévalence contraceptive est de 14%, les besoins non satisfaits en Pf sont  de 27% pour les femmes et de 33% pour les jeunes.

A cet effet, pour le compte de la Côte d’Ivoire, Dr Yao N’DRY, directrice des programmes de l’Association Ivoirienne pour le Bien-Etre Familial (AIBEF), fera une communication autour du thème:  »Contribution de l’AIBEF aux priorités nationales en matière de PF: Zéro grossesse à l’école ».

Avoir un million de femmes additionnelles sous contraception moderne en 2015 et ceci sans contrainte aucune et dans le respect des droits et des valeurs des populations, était l’objectif fixé par le PO.

« Nous avons été en mesure d’aller bien au-delà de cet objectif en permettant à près de 1,2 million de femmes additionnelles d’avoir accès à des méthodes contraceptives modernes », a dit Mme Fatimata SY.

Cette rencontre va se poursuivre jusqu’au 11 décembre 2015.

Isabelle

Fratmat.Info