Atelier régional d’échanges sur les législations dans l’espace CEDEAO

L’Organisation Ouest-Africaine de la Santé(OOAS) a organisé, ce lundi 6 septembre 2021 à Ouagadougou, un atelier régional. Il s’est agi d’échanger sur les législations en santé sexuelle et de la reproduction dans l’espace CEDEAO. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’une concertation en vue d’uniformiser les lois en rapport avec la thématique évoquée en amont. 

Dans l’espace CEDEAO, et plus précisément celui francophone, les lois en rapport avec la santé sexuelle et reproductive sont parfois très différentes. C’est dans ce contexte que s’est ouvert à Ouagadougou, ce 6 septembre 2021, un atelier régional organisé par l’OOAS. L’organisation a mené une réflexion sur une harmonisation des législations en matière de santé sexuelle et de la reproduction dans l’espace CEDEAO.

Et pour le présent atelier, l’objectif principal attendu est d’échanger sur la situation réelle des Etats francophones en terme d’encadrements juridiques de la santé et de la reproduction. Les participants vont aussi adopter un contenu thématique d’encadrement consensuel à une directive des droits sexuels et reproductifs dans la zone CEDEAO.

La rencontre permettra plus précisément aux experts et acteurs du domaine des droits sexuels et reproductifs d’échanger. Elle leur permettra également de dresser l’état des lieux des législations en matière de santé sexuelle et de la reproduction dans l’espace CEDEAO. Elle permettra ensuite de dégager les points de consensus et de divergences relatifs à l’harmonisation, voire à l’uniformisation de certaines dispositions législatives ou réglementaires, etc.

Les officiels impliqués 

L’ouverture de cet atelier a été présidée par Alpha Mamadou Barry, Ministre burkinabè des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Burkinabè de l’extérieur. Il a signifié l’intérêt de cette rencontre pour les Etats de la zone CEDEAO.

« La disparité des législations d’un Etat à un autre constitue un frein à une approche globale et harmonisée des politiques adoptées dans le cadre de la santé de la reproduction. C’est pourquoi, j’entrevois la nécessité que des dispositions soient prises sur le plan régional en vue d’une harmonisation des textes et règlements », a-t-il plaidé.

Cet avis est partagé par le Professeur Stanley Okolo, Directeur Général de l’Organisation Ouest-Africaine de la Santé. Il a souligné que les difficultés liées à la santé sexuelle et reproductive chez les populations de l’espace CEDEAO sont communes. Ces entraves pourraient se résoudre à travers une uniformisation des lois en la matière.

Le Pr Charlemagne Ouédraogo, Ministre burkinabè de la Santé a rappelé les points sur lesquels les Etats avaient trouvés des consensus.

« Au cours de cet atelier, il va se dégager un consensus qui sera appliqué à l’échelle des pays de la CEDEAO. Ce fut le cas pour d’autres aspects tels que l’ordre des médecins, l’ordre des pharmaciens, etc… Et aujourd’hui, il est question de santé sexuelle et reproductive. Il est important de dégager les éléments de consensus afin que nous puissions faciliter la circulation des personnes et des biens. Aussi, que les personnes qui passent d’une frontière à l’autre puissent être au courant de ce qui existe en matière de santé sexuelle et reproductive, et quels sont les droits ».

L’Organisation Ouest-Africaine de la Santé a été créée en 1987 par la CEDEAO. Son rôle est de promouvoir une meilleure santé à travers l’intégration régionale. Elle a son siège dans la ville de Bobo Dioulasso, au Burkina Faso.

Samirah Bationo 
Publié le 06-09-2021 dans Lefaso