Des jeunes outillés sur le suivi budgétaire à Ouagadougou

Faciliter le financement des projets des jeunes dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive, c’est l’objectif qui a conduit l’ONG Pathfinder à regrouper des jeunes autour d’un atelier de 48H. Aussi, entend-elle leur inculquer des notions de plaidoyer pour le suivi budgétaire des différents programmes et plans budgétaires. L’ouverture de la session de formation est intervenue ce lundi 16 août 2021 à Ouagadougou. 

Offrir les outils nécessaires aux organisations des jeunes pour comprendre les notions liées au budget, afin de leur permettre de mener des plaidoyers pour le suivi budgétaire, c’est l’objectif principal visé par le présent atelier qui réunit une vingtaine de jeunes à Ouagadougou.

Selon les propos du Dr Habeeb Salami, Directeur du Plaidoyer Mondial de Pathfinder International, le plaidoyer pour la prise en compte des jeunes dans le plan national de planification familiale 2021-2025 est une priorité pour l’ONG. 

« Ce que nous faisons, c’est renforcer les capacités des jeunes pour conduire le plaidoyer eux-mêmes. Et ce, pour un accès aux services de PF », a-t-il expliqué. Concrètement, il va s’agir de montrer les techniques aux jeunes afin d’engager les gouvernants et avoir gain de cause. Sur les réelles motivations du présent atelier, il faut noter Pathfinder International place la question des jeunes au cœur de ses préoccupations. 

Selon Habeeb Salami, « les adolescents et les jeunes représentent une grande partie de la population ». L’ONG entend alors s’appuyer sur eux pour arriver à une réelle réduction de la mortalité maternelle et infantile. Pour lui, réduire la mortalité maternelle au niveau des adolescents et des jeunes conduira à une baisse de celle-ci de manière globale. « Le service de planification familiale réduit la mortalité maternelle et infantile », a lancé  le directeur du plaidoyer mondial de Pathfinder International. 

Et l’atteinte de ces objectifs passe, selon ses propos, par les services de planification familiale. Du côté des autorités sanitaires, l’on s’aligne derrière cette vision de Pathfinder International. De l’avis de Charles Zoubiré, représentant du ministère de la santé, « l’objectif poursuivi par l’ONG est un objectif noble ».  « Dans tout processus, on a besoin d’être renforcé. Je ne pense pas qu’il existe une personne qui puisse dire qu’il a tous les bagages », a-t-il dit pour justifier la présence effective du département en charge de la santé.

Sur le travail fait par le ministère pour faciliter l’accès au financement par les jeunes, Charles Zoubiré souligne que « nous faisons des plaidoyers avec les jeunes. Nous avons des rencontres avec le ministère en charge de l’économie et avec d’autres institutions pour voir dans quelle mesure les jeunes peuvent s’insérer dans le processus ». Pour la représentante des jeunes, Bénédicte Kansono, « cet atelier est important ». 

A l’écouter, l’importance s’inscrit dans le fait que la session va permettre d’outiller les jeunes afin de les aider à faire un suivi du plan national de la planification familiale. « L’objectif de notre plaidoyer est d’arriver à avoir au moins 30% du budget des activités dédiés aux interventions en santé sexuelle et de la reproduction des jeunes », a-t-elle soulignée. 

Basile SAMA

Publié le 16-08-2021 dans Burkina 24