ACTUALITÉS

Articles

La jeunesse au cœur du développement

Sans titre (11)

La première journée de la 11ème RAPO a été entièrement consacrée aux jeunes que le Partenariat de Ouagadougou, selon Marie Ba, directrice de l’UCPO, a placé au cœur de toutes ses stratégies. Ces jeunes dont il faudra nécessairement prendre en compte pour l’atteinte du dividende démographique, comme l’a dit Sekou Doro Adamou, Ministre nigérien de la Jeunesse et des Sports.

Les activités marquant la 11ème Réunion Annuelle du Partenariat de Ouagadougou (RAPO) ont démarré, hier lundi 12 décembre 2022, dans la capitale nigérienne, Niamey. Après deux rencontres virtuelles imposées par le coronavirus, membres du gouvernement, représentants des organisations de la société civile et partenaires se retrouvent de nouveau pour évaluer les avancées et les défis de la planification familiale dans les neuf pays membres du Partenariat de Ouagadougou. Cette « première journée de la 11ème est entièrement consacrée à la « jeunesse au cœur du développement ».

C’est la salle de conférence de l’hôtel Radisson Blu qui sert de cadre pour jeunes et adultes, assis côte-à-côte, pour discuter des questions liées à la santé de la reproduction et à la planification familiale. Abdoulaye Idani Kadiatou, Point focal jeune PO/FP2030 du Niger qui a pris la parole en premier et, au nom des jeunes, a saisi l’opportunité pour énumérer les avancées et les défis auxquels le Niger reste confronté.

« Malgré les avancées, nous devons faire davantage quant à l’accès équitable et volontaire à la PF et son utilisation par les adolescents et les jeunes. Les défis liés à la santé de la reproduction sont réels ; le Niger comme la plupart des pays de la région est confronté à d’énormes défis climatiques et démographique qui ont des conséquences néfastes sur son développement », a-t-elle souligné.

Les filles doivent continuer à aller à l’école

Selon Marie Ba, Directrice de l’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou, les jeunes constituent une priorité de la stratégie après 2020 du PO et sont d’ailleurs au cœur de toutes les stratégies. « J’en veux pour preuve la place des jeunes dans l’agenda recherche du PO, une place hautement salutaire », a-t-elle apprécié. Elle a ajouté que c’est depuis 2016 que l’UPCO accompagne les jeunes dans les pays.

« C’est un réel plaisir pour l’Unité de Coordination ainsi que le Partenariat de Ouagadougou dans son ensemble de nous retrouver pleinement en présentiel dans le format des années qui ont précédé la pandémie Covid-19 », s’est réjouie Marie Ba qui renseigne que ces deux dernières années, même en virtuel, un record d’audience a été battu avec près de 950 participants venant d’une trentaine de pays.

Pour Dr Samukeliso Dube, Directrice exécutive de FP2030, malgré les difficultés économiques, la planification familiale ne doit pas rencontrer d’obstacles dans les pays de la région. Elle a, à cet effet, exhorté d’accorder une attention particulière à trois éléments importants : la jeunesse, le financement et la question du genre. « Le genre doit être respecté. Les filles doivent continuer à aller à l’école », a insisté la Directrice Exécutive de FP2030. Elle a, par ailleurs, souligné que ne pas voir le financement comme une demande de trop et surtout de continuer à mobiliser de façon constante les ressources endogènes.

Prononçant le discours d’ouverture de la rencontre, Sekou Doro Adamou, Ministre nigérien de la Jeunesse et des Sports a affirmé que

« la mise en place en 2011 du Partenariat de Ouagadougou, a constitué un tournant décisif pour les neuf pays de la région de l’Afrique de l’Ouest francophone, qui se sont résolument engagés dans la réduction de la mortalité maternelle et infantile et la maîtrise de la fécondité, condition incontournable pour la transition démographique et le développement de nos pays ».

Il a salué la pertinence du thème de la 11ème RAPO : développement socio-économique et planification familiale. « Ce thème est d’autant plus pertinent qu’elle intervient dans un contexte où tous les Etats africains sont résolument engagés dans la prise en compte des dimensions démographiques dans les politiques et programmes en vue de la capture du dividende démographique », a-t-il indiqué. En effet, a souligné le Ministre nigérien de la Jeunesse,

« l’atteinte du démographique, tant prônée par nos dirigeants, passe nécessairement par la prise en compte des besoins des adolescents et jeunes ; cette couche vulnérable, qui représente plus de la moitié de nos populations ».

M. Adamou a adressé ses félicitations à l’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou et à tous ceux et toutes celles qui ont contribué à la réussite de la présente rencontre.

Au total, la 11ème Réunion Annuelle du partenariat de Ouagadougou a enregistré environ 300 participants en présentiel et autant en ligne. La Directrice de l’UCPO a dit sa gratitude à tous les participants, les différentes délégations des pays du PO et à la République du Niger qui a œuvré pour la tenue effective de cette réunion annuelle.

La journée a pris fin en toute beauté par un concours de plaidoyers des associations jeunes du PO ayant mis en compétition le Bénin, le Burkina-Faso et le Niger. Le 1er prix est remporté par l’Association des Jeunes Filles pour la Santé de la Reproduction du Niger suivie du Burkina-Faso et du Bénin.

« La RAPO se tient au Niger et on a travaillé dur jusqu’à ce qu’on arrive à ce résultat. On a gagné le prix mais l’important c’est la participation, c’est de faire passer un message. Il faut donner la priorité aux données probantes dans la recherche et dans la conception des projets en faveur des adolescents et jeunes. Cela permettrait d’optimiser le rendement de nos projets », a commenté Bagagi Daramy Hamissou, membre de l’Association nigérienne.

Partager cet article

Partager sur twitter
Partager
Partager sur facebook
Partager

NEWSLETTER

Soyez informé des dernières actualités.

Inscrivez-vous !

Recevez toutes les actualités du PO directement dans votre boîte e-mail.