Le Partenariat de Ouagadougou entame une nouvelle phase plus ambitieuse

Le Partenariat de Ouagadougou entame une nouvelle phase plus ambitieuse, plus inclusive pour les femmes et jeunes filles de l’Afrique de l’Ouest. Les représentants des neuf pays membres du Partenariat de Ouagadougou, des organisations de la société civile accompagnées de leurs partenaires techniques et financiers participent à la 10 ème Réunion annuelle du Partenariat de Ouagadougou. Cette 10 ème Réunion annuelle qui a ouvert ses travaux lundi 13 décembre 2021 prendra fin le 16 décembre 2021 en mode virtuelle et en présentiel sous le thème « la Planification Familiale en contexte de crise humanitaire : préparation, réponse, résilience ».

Selon la Directrice du Partenariat de Ouagadougou, Mme Marie Ba, après avoir célébré les neuf ans du Partenariat de Ouagadougou, en 2020, l’atteinte de notre objectif de la phase d’accélération que nous avons d’ailleurs surpassé, 2021 marque la dixième année de création de notre partenariat. Elle a ajouté : « nous avons eu à célébrer l’accroissement du leadership politique au sein de nos pays, nous avons eu un meilleur alignement de nos bailleurs et partenaires derrière les priorités dégagées par les ministères de la santé, une multi sectorialisé plus accrue sur la question de la planification familiale, nous avons eu le changement de certaines normes sociales néfastes à la planification familiale, la structuration de la société civile en coalitions des organisations de la société civile en faveur de la Planification Familiale (PF), des jeunes en alliances (alliance régional des jeunes ambassadeurs pour la santé reproductive et la planification familiale), ainsi que des religieux en alliance (ARAO-SD, Alliance des Religieux de l’Afrique de l’Ouest pour la promotion de la santé et du développement) tant de réussite durant notre parcours depuis le lancement de la planification familiale en 2011».

La structuration de la société civile en coalitions des organisations de la société civile en faveur de la Planification Familiale (PF), des jeunes en alliances (alliance régionale des jeunes ambassadeurs pour la santé reproductive et la planification familiale), ainsi que des religieux en alliance (ARAO-SD, alliance des religieux de l’Afrique de l’Ouest pour la promotion de la santé et du développement)ont été des créneaux pour la promotion de la
planification familiale dira Mme la Directrice. Le Partenariat de Ouagadougou (PO) est aujourd’hui à l’entame d’une nouvelle phase avec une vision élaborée à l’horizon 2030, une phase plus ambitieuse, plus inclusive pour la santé, le bien-être et l’autonomie de nos femmes et jeunes filles d’Afrique de l’Ouest.

Pour Mme la Directrice, en vue d’atteindre 13 millions d’utilisatrices en 2030, les pays devront comme pour la phase Urgence d’agir augmenter sinon doubler leur taux de prévalence contraceptive. « Nous l’avons déjà fait, nous pouvons le refaire et nous le referons ! a affirmé avec force Mme Marie Ba. Nos priorités, définies l’an dernier par notre communauté plus particulièrement nos jeunes leaders, représentants des gouvernements locaux, seront désormais axées sur les jeunes, la recherche et les évidences pour les preneurs de décisions, la planification familiale en contexte humanitaire, les normes sociales ainsi qu’accroître le renforcement de l’accompagnement aux pays qui ont du mal à atteindre leur objectif ».

Comme chaque année, a-t-elle souligné, nous nous retrouvons une fois encore malgré le contexte mondial de pandémie auquel nous sommes tous confrontés. C’est le lieu de féliciter nos 9 pays et leurs partenaires techniques et financiers pour la résilience, la diligence et la flexibilité dont nous avons tous fait preuve au cours de cette année ardue.

Kadiatou Thierno Diallo

Publié le 16-12-2021 danc KabaBchir