Le plan d’actions de la campagne de lutte contre les grossesses précoces dans l’Atacora en revue à Tanguiéta

Le préfet de l’Atacora, Lydie Déré Chabi Nah, a ouvert mardi à Tanguiéta, les travaux de l’atelier de revue annuelle du plan d’actions de la campagne de lutte contre les grossesses précoces dans le département, en invitant les acteurs à tout mettre en œuvre pour inventer les conditions de santé adaptées et appropriées aux adolescents et jeunes.

Cet atelier initié par la Direction Départementale de la Santé de l’Atacora, avec l’appui  de Plan International Bénin, vise principalement à faire l’évaluation de la mise en œuvre annuelle des plans communaux de lutte contre les grossesses précoces dans l’Atacora.

Selon la Chef Division de la Santé Sexuelle et de la Production des Adolescents et Jeunes de la Direction Départemental de la Santé de l’Atacora, Carine Koussihouèdé, la rencontre permettra également de faire le point des difficultés rencontrées par les différents acteurs sur le terrain et par la même occasion, faire des recommandations pour l’amélioration de leur mise en œuvre. Elle s’est réjouie du chemin parcouru grâce à Plan Bénin, au  leadership du préfet de l’Atacora et l’engagement de tous les acteurs impliqués.

La santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes, a fait remarquer le préfet, demeure un sujet à réflexion au regard des problèmes auxquels sont confrontés ces derniers et des indicateurs en santé qui traduisent leur situation.

Des résultats de l’étude de faisabilité du projet réalisée dans 4 communes cibles, il ressort que l’insuffisance des moyens de subsistance pour les filles, l’insuffisance de connaissance en matière de santé sexuelle et reproductive parmi les jeunes, l’utilisation limitée des méthode de planification familiale moderne, les normes socioculturelles, le mariage précoce ainsi que la non application des textes de lois sont des facteurs contribuant à ce phénomène, a indiqué le préfet. 

L’autorité départementale a exhorté les acteurs à tout mettre en œuvre pour inventer les conditions de santé adaptées et appropriées pour les populations, notamment les plus jeunes.

Les maires des communes de Tanguiéta, Zacari Boukary et de Kouandé, Didier Kouandé-Sounon ont salué les actions menées sur le terrain au regard de leurs impacts positifs.  Au nom de tous les maires du département, ils ont pris l’engagement de jouer également leur partition.

Publié le 30-12-2020 dans ABP