L’INS organise un atelier de dissémination des résultats de la Phase 1 de la Plateforme de recherche PMA

La Secrétaire Générale de l’Institut National de la Statistique (INS), Mme Omar Haoua Ibrahim, a présidé, ce vendredi 12 novembre 2021, la cérémonie d’ouverture de l’Atelier national de dissémination des résultats de la Phase 1 de la plateforme de recherche Performance Monitoring for Action (PMA) organisé par l’INS. L’objectif général de cet atelier est de permettre aux différents acteurs de la Santé de Reproduction /Planification Familiale (SR/PF) de s’approprier les résultats clés de la Phase 1 du projet PMA au Niger.

Dans son intervention, la Secrétaire Générale de l’INS, a indiqué que « c’est pour surmonter certaines insuffisances constatées dans la collecte des données sur la contraception, la distribution de méthodes de contraception et pour appréhender les motifs de rupture éventuelle de stocks de contraceptifs, qu’un outil de suivi annuel des progrès réalisés en matière de planification familiale a été développé et mis en œuvre depuis 2013 dans 11 pays d’Afrique et d’Asie, dont le Niger, dans le cadre d’un projet de recherche dénommé Performance Monitoring and Accountability 2020 (PMA2020) ».

Ainsi, outre le changement de nom, la plateforme s’appelle désormais Performance Monitoring for Action (PMA) avec la réalisation des enquêtes de base et de suivi. « Cet outil de suivi rapide a été conçu pour collecter des indicateurs clés de Planning Familial permettant d’évaluer le progrès des objectifs nationaux et mondiaux en matière de planification familiale, a-t-elle ajouté. Cette enquête de PMA vise à suivre les changements dans la mise à la disposition et dans l’utilisation des contraceptifs, et elles ont concerné la population résidant dans les ménages sélectionnés en général, et les femmes en âge de procréer (15-49 ans) en particulier.

‘’Elle a également concerné les sites de prestation de santé (SPS). Au total, elles ont porté sur 3 515 ménages, 3 633 femmes âgées de 15 à 49, réparties dans 103 zones de dénombrement (ZD)’’, a précisé Mme Omar Haoua. Aussi, cette enquête a concerné 287 sites de prestations de santé et 684 interviews de sortie auprès des clientes. Selon toujours la Secrétaire Générale de l’INS, ‘’les résultats issus de cette enquête contribueront, sans nul doute, à mettre en lumière la situation de la Planification Familiale au Niger et seront utilisés comme instrument de plaidoyer par les partenaires intervenant dans les activités de planification familiale’’.

L’INS a réaffirmé, à cette occasion, sa disponibilité à œuvrer aux côté du Ministère de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales pour ‘’satisfaire les besoins statistiques des principaux utilisateurs des données de notre pays, notamment le Gouvernement, les partenaires, en mettant à leur disposition, régulièrement, des données statistiques fiables et de qualité, pour qu’ils prennent les décisions appropriées, en vue de satisfaire les besoins sociaux essentiels de base de nos populations’’.

Cet atelier, note-t-on, a été organisé par l’Institut National de la Statistique (INS) et le Ministère de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales (MSP/P/AS), en collaboration avec le projet intitulé Performance Monitoring for Action (PMA) de l’Institut Gates à l’École Bloomberg de Santé Publique de l’Université Johns Hopkins Baltimore (USA).

Notons aussi que PMA vise à mener des enquêtes transversales et longitudinales (par panel) sur les femmes, les ménages et les sites de prestation de santé (services de santé), en se focalisant sur des données exploitables par les programmes portant sur la disponibilité et les dynamiques d’utilisation des produits contraceptifs dans les zones cibles, afin de mesurer et suivre les indicateurs clés de planification familiale, pertinents pour les programmes, de manière transversale (ou annuelle); et de soutenir une meilleure compréhension des déterminants et des conséquences de la disponibilité et des dynamiques d’utilisation des contraceptifs, ainsi que des modèles de procréation dans les pays de l’Afrique sub-saharienne et de l’Asie du Sud.

Publié le 12-11-2021 dans ANP