ACTUALITÉS

Articles

L’ONG APROSAM sensibilise sur la fistule obstétricale à San Pedro

IAIP-Sensibilissation-sur-la-fistule-obstetricale-par-APROSAM-a-San-Pedro--825x425

L’Association pour la Promotion de la Santé de la Femme, de la Mère, de l’Enfant et de la Famille (APROSAM) a initié, samedi 17 septembre 2022, à San Pedro, une campagne de sensibilisation publique sur la fistule obstétricale, en vue d’épargner les femmes des risques de contracter cette maladie. Le Directeur de programme d’APROSAM, Soh Kouamé, et le Chef de division de la préfecture, Mme Nandjui Annick, représentant le préfet de San Pedro, président de la cérémonie, ont invité successivement les femmes à fréquenter les centres de santé et à honorer tous les rendez-vous prénataux, pour éviter la maladie après l’accouchement.

La fistule obstétricale est une maladie caractérisée par une perte incontrôlée d’urines ou de selles, qui survient chez une femme à la suite d’un accouchement prolongé et difficile. Elle est causée par la pression prolongée de la tête fœtale sur la vessie de la femme au moment du travail, les manœuvres abortives et les pratiques obstétricales inadaptées. Les populations ont été exhortées à éviter les facteurs favorisants, entre autres, les pratiques traditionnelles néfastes (ocytociques stimulant les contractions), le recours aux accoucheuses traditionnelles, les mariages et grosses précoces et l’absence ou le nombre insuffisant de consultations prénatales.

Cette pathologie, méconnue et négligée, exclut la femme de son rôle dans la société et la communauté, du fait de la stigmatisation et l’isolement dont elle fait l’objet à cause de ses odeurs d’urines et/ou de selles. Elle occasionne souvent le divorce, la perte de l’activité génératrice de revenu et peut la conduire la malade au suicide. La malade peut en guérir grâce à une prise en charge médicale et continuer de procréer. Toutefois, elle devra se faire suivre par un personnel de santé qualifié et éviter de prendre une grosse dans les six et 12 mois suivant le traitement en utilisant une méthode moderne de planification familiale.

La Côte d’Ivoire met en œuvre, depuis 2007, avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), un projet de prévention et de prise en charge de la fistule obstétricale. Ce projet bénéficie de l’aide de plusieurs partenaires dont la coopération internationale coréenne (KOICA).

A ce jour, sept centres de prise en charge ouverts sont fonctionnels à San Pedro, Gagnoa, Bondoukou, Bouaké, Séguéla, Korhogo et Man. Depuis une dizaine d’année, APROSAM sensibilise à la prévention et identifie les cas pour la prise en charge médicale, à San Pedro et Gagnoa. Seize malades en 2021 et neuf au cours cette année 2022, ont bénéficié d’un traitement au Centre prise en charge du Centre hospitalier régional (CHR) de San Pedro. Les femmes guéries bénéficient d’un fonds et de l’accompagnement d’APROSAM pour leur réinsertion socioéconomique par la réalisation d’activités génératrices de revenu.

Publié le 18-09-2022 dans AIP

Partager cet article

Partager sur twitter
Partager
Partager sur facebook
Partager

NEWSLETTER

Soyez informé des dernières actualités.

Inscrivez-vous !

Recevez toutes les actualités du PO directement dans votre boîte e-mail.