15,7 milliards de l’Agence Française de Développement, comme appui a la santé de la mère et de l’enfant

Dans le cadre de la coopération bilatérale entre le Sénégal et la France, l’ambassadeur de France (au Sénégal), Christophe Bigot, a procédé hier, lundi 13 mars, à la remise des matériels médico-techniques et logistiques, au ministre de la Santé et de l’Action sociale, Awa Marie Coll Seck. Il s’agit de matériels destinés principalement à trois régions: Louga, Kolda et Sédhiou, concernées par le Projet d’Amélioration de la Santé de la Mère et de l’Enfant (PASME) de l’AFD. Le PASME 1 dont 9,2 milliards ont été investi en 2012 et PASME  financé à 2, 6,5 milliards. Sur ce, 59 motos, 3 véhicules 4X4 et divers équipement médicaux d’une valeur 486.273.849 F CFA ont été remis au ministre de la santé.

Considéré comme un pays en avancé dans la prise en charge de la santé de la mère et de l’enfant, le Sénégal peut toujours compter sur la France pour réduire son taux de mortalité maternelle. L’annonce est de l’ambassadeur de la France, Christophe Bigot. Pour lui, «l’engagement de la France à ce processus repose sur une initiative du président de la République française, qui au sommet du G8 de Muskoka (Canada), en 2010, a pris l’engagement d’augmenter de 100 millions d’euro par an la contribution de la France à la réduction de mortalité maternelle et infantile, destinée à des pays francophones».

En effet, selon lui, la réalisation de l’important programme d’investissement et d’équipement dans ces régions médicales renforcera l’offre de soins pour permettre la prise en charge adaptée des urgences obstétricales avec des nouvelles structures sanitaires de référence dans les districts qui n’en dispose pas. Il permettra de relever «la qualité du plateau technique des hôpitaux régionaux et centre de santé déjà préexistants, en ciblant, en priorité, les services de maternité, pédiatrie et l’accueil des urgences», a déclaré Christophe Bigot ambassadeur de la France. Et d’ajouté: «il est prévu, dans ce programme, la formation des matrones, des médecins des sages-femmes, ainsi que la construction des infrastructures».

Quant à madame le ministre de la Santé, elle a dit toute sa satisfaction. «Il m’est agréable de prendre la parole, à l’occasion de cette cérémonie de remise de matériels médico-techniques et logistiques que l’Agence française de développement (AFD) met à la disposition du Sénégal pour accroitre l’offre et la demande en service de santé de la mère à l’enfant et en planification familiale, particulièrement chez les populations les plus vulnérables (adolescents, zones rurales)».

Awa Marie Coll Seck souligne que «le Programme d’appui à la santé de mère à l’enfant (PASME) contribue à la formation et au recyclage des équipes des cadres de région et district ainsi que des prestataires en échographe obstétriques et dans les soins en relation la santé de la femme, de la mère et de l’enfant».

D’ailleurs les objectifs de la convention signée en mai 2013 avec la République du Sénégal sont  de «renforcer les capacités des équipes nationales et régionales en charge des programmes de santé de la reproduction; améliorer les conditions de prise en charge des grossesses, accouchements simples et compliqués  et prise en charge des nouveau-nés dans les régions bénéficiaires ; accroitre l’offre et la demande en services de santé de la mère et de l’enfant et en planification familiale, particulièrement chez les populations les plus vulnérables (adolescents, zones rurales)».

Abdoulaye BARRY

SudOnline