2ème Journée de la 4ème Caravane des Bailleurs du Partenariat de Ouagadougou en Mauritanie

La deuxième journée de la caravane des bailleurs du Partenariat de Ouagadougou en Mauritanie a commencé avec des visites de terrain. Les caravaniers se sont répartis en 2 groupes pour avoir une expérience variée des initiatives en matière de PF en Mauritanie. Le premier groupe est allé au Centre de Santé de Sebkha à Nouakchott et le deuxième au Centre de l’Association Mauritanienne pour le Bien-Être Familiale de Dar Naim.

Sur les deux sites, les prestataires ont présenté les services offerts mais également les difficultés rencontrées. Au nombre de ces problèmes figurent les ruptures de stocks, le manque d’équipements, et l’insuffisance du counseling dans certains cas. Le fait que les patientes aient à payer pour les consommables constituent également une barrière même si les produits sont gratuits.

Ensuite, les 2 groupes se sont retrouvés pour visiter la Centrale d’Achat de Médicaments Essentiels et de Consommables (CAMEC) afin de discuter de la chaîne d’approvisionnement avec les officiels. Parmi les problèmes mentionnés, on note le manque d’espace de stockage pour les produits.
Après, les caravaniers sont allés à la rencontre du Patronat Mauritanien. Les patrons ont affirmé leur disposition à aider toute initiative visant le bien-être des employés, car selon eux, un employé sain de corps et d’esprit est un employé plus productif.

L’après-midi, la caravane est allée à l’Assemblée Nationale pour échanger avec le réseau des femmes parlementaires de Mauritanie sur les questions de santé de la reproduction, de population et de développement. Les discussions ont porté sur la condition féminine, l’autonomisation de la femme et l’espacement des naissances. Les bailleurs ont fait un plaidoyer à l’endroit de l’Honorable Marième Baba Sy, Présidente du réseau pour que la Mauritanie puisse avoir une ligne budgétaire destinée à l’achat des contraceptifs.

La série des rencontres s’est achevée par une rencontre des bailleurs avec les organisations de la société civile engagées pour le repositionnement de la PF en Mauritanie. Plusieurs présentations ont été faites dont une sur la valeur ajoutée de la société civile et une autre sur la contribution des jeunes ambassadeurs SR/PF.  La séance des questions et réponses a été marquée par des échanges francs mais également une exposition des difficultés rencontrées. Les bailleurs ont promis de se concerter afin de voir la meilleure façon de continuer d’aider la Mauritanie dans son combat pour la planification familiale.

Photos de la journée