Le Partenariat de Ouagadougou veut enrôler plus de 2 millions d’utilisatrices additionnelles

A l’horizon 2020, les neuf pays francophones du Partenariat de Ouagadougou (PO) envisagent atteindre plus de deux millions d’utilisatrices additionnelles de méthodes contraceptives, a révélé Mme Fatimata SY, directrice de l’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou (UCPO).

Mme SY a donné cette information à la cérémonie officielle d’ouverture de la 4e réunion annuelle du Partenariat de Ouagadougou à Cotonou au Bénin. Une rencontre présidée par le ministre béninois de la Santé, Dr Pascal DOSSOU-TOGBE. « Le parcours effectué depuis 2011 par le PO doit être analysé. Les forces et les faiblesses ainsi que les leçons apprises pourront ainsi être soulignées, afin de tracer de nouveaux horizons », a affirmé le premier responsable de la Santé du Bénin.

« Un million de femmes additionnelles entre 2011 et 2015, nous l’avons atteint. Nous avons analysé les tendances actuelles des pays et nous nous sommes dit, si ces tendances se maintiennent, nous serons à environ un million neuf femmes additionnelles (parmi les neufs pays, certains ont la possibilité d’aller plus vite que d’autres). Partant de cette tendance, nous avons majoré ce chiffre de 15%. Ce qui nous donne les deux millions deux cent mille femmes additionnelles que nous envisageons atteindre en 2020 », a projeté Mme SY.

« La planification familiale est l’une des méthodes disponibles aujourd’hui et la plus efficiente pour sauver des vies et améliorer la santé de la femme et de l’enfant. Elle constitue par conséquent un véritable enjeu de développement pour notre région », a justifié Dr Xavier Crespin, directeur général de l’Organisation Ouest-Africaine de Santé (OOAS).

« Il y a un lien direct entre la capacité d’une femme à planifier sa famille, espacer ses grossesses et accoucher sans risques, et sa capacité à s’instruire, travailler en dehors du foyer, soutenir sa famille et participer pleinement à la vie de sa communauté », a pour sa part relevé, Mme Lucy TAMLYN, ambassadrice des États-Unis au Bénin.

Une délégation ivoirienne composée de la société civile, des ONG et des responsables de l’Association Ivoirienne pour le Bien-Etre Familial (AIBEF) participe à cette rencontre-bilan.

Le Partenariat de Ouagadougou a été lancé lors de la Conférence régionale sur la population, le développement et la planification familiale tenue à Ouagadougou au Burkina Faso en février 2011 par les neuf gouvernements des pays francophones de l’Afrique de l’ouest, et leurs partenaires techniques et financiers. En vue d’accélérer les progrès dans l’utilisation des services de PF au Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Togo.

La 4e conférence annuelle du Partenariat de Ouagadougou s’achève ce vendredi 11 décembre à Cotonou au Bénin.

Isabelle SOMIAN

Fratmat.Info