Des animateurs radios à l’école de la planification familiale

Animer des magazines et faire des productions radiophoniques sur la santé sexuelle et reproductive. C’est l’activité qui réunit une trentaine d’animateurs de radios communautaires du 6 au 10 février 2018 à Ouagadougou.

Les journalistes et animateurs radios sont de plus en plus généralistes dans le traitement et la diffusion des programmes médiatiques. C’est un constat fait par les membres de l’Association des journalistes et communicateurs en population et développement (AJCPD/BF), l’Association des professionnelles africaines de la communication (APAC) et leur partenaire américain PP Global.

La triade de collaborateurs a remarqué, au cours d’une sortie de plaidoyer dans le Centre-Sud, qu’il y avait insuffisance de productions médiatiques sur la santé sexuelle et reproductive. Elle a également noté la volonté des animateurs à apprendre des techniques de productions magazines et la conduite de débats radiophoniques.

En guise de solutions, les capacités d’une trentaine d’animateurs sont en train d’être renforcées en production radiophonique, du 6 au 10 février 2018 à Ouagadougou. La situation de la santé reproductive, la lutte contre les avortements à risque, le phénomène des grossesses non désirées, la promotion de la planification familiale, sont entre autres sujets qui seront débattus de long en large.

Les « chasseurs de l’information » auront aussi droit à des visites terrains et à des exercices pratiques, sous la coupole de Ouezzin Louis Oulon, principal formateur. « Il s’agit de renforcer le niveau de connaissance des méthodes de traitement journalistique de l’information relative à la santé de la reproduction et de la planification familiale », a expliqué Fatimata Ouilma Sinaré, Chargée de programmes/plaidoyer au bureau pays de PP Global.

Elle souhaite qu’à l’issue de la formation de cinq jours, les animateurs de radios locales soient déterminés à mettre en œuvre ce qu’ils ont appris. Elle espère également que l’atelier suscitera l’élaboration d’actions et même la soumission à leur niveau d’un plan d’actions de la part des journalistes.

Hamadou Dicko travaille au sein d’une radio à Gorom-Gorom. Il a parcouru des centaines de kilomètres pour améliorer ses connaissances en méthodes de traitement de l’information relative à la planification familiale.

Nanti de plusieurs années d’expériences en journalisme, il reconnait que la thématique qui les réunit à Ouaga est un sujet sensible qu’il faut aborder avec tact. Animateur à la radio Voix du paysan de Ouahigouya, Adama Sinaré, quant à lui, compte impacter davantage son auditoire en abordant régulièrement les questions liées à la santé sexuelle et reproductive.

Noufou KINDO

Publié le 06-02-2018 dans Burkina 24