ACTUALITÉS

Articles

Associer les questions de développement socio-économique à la planification familiale est un choix judicieux

Sans titre (15)

En ouvrant les travaux de la 11ème RAPO, Ouhoumoudou Mahamadou, Premier ministre nigérien a déclaré qu’ « associer les questions de développement socio-économique à la planification familiale est un choix judicieux ». Pour le chef du gouvernement, les pays du PO doivent, en s’attaquant aux défis démographiques, rechercher la prospérité pour leurs populations et viser l’atteinte des objectifs de développement durable comme toutes les autres nations du monde.

Les travaux de la 11ème édition de la Réunion Annuelle du Partenariat de Ouagadougou (RAPO) se sont poursuivis, hier mardi 13 décembre 2022, à Niamey avec la cérémonie d’ouverture officielle en présence du Premier Ministre nigérien, Ouhoumoudou Mahamadou, du Gouverneur de Niamey, Oudou Ambouka et de la Directrice Régionale de l’UNFPA, Argentina Matavel. Les intervenants ont salué les efforts de la République du Niger pour assurer l’accès aux services de planification familiale à la population et garantir un meilleur avenir aux jeunes.

Oudou Ambouka, Gouverneur de la région de Niamey a souhaité la bienvenue à ses hôtes et un bon séjour dans la capitale nigérienne. Il a salué le choix porté sur Niamey pour abriter pour la première fois une RAPO.

Le Niger, ces dernières années, reconnaît Marie Ba, Directrice de l’UCPO, s’est démarqué à travers « une vision manifeste d’accélérer le développement socio-économique en maîtrisant sa progression et sa croissance démographique ». Ce qui l’a conduit à un taux compatible avec sa croissance économique.

C’est ainsi que le Niger a diminué son taux de mortalité maternelle de 648 par 100.000 naissances vivantes en 2006 à 520 en 2015. C’est l’occasion pour nous de féliciter le Niger pour son leadership grandissant et son respect des engagements pris envers la communauté internationale et la région. Cela contribue à l’atteinte de notre objectif commun, a-t-elle commenté.

Même appréciation chez la Directrice Régionale de l’UNFPA, Argentina Matavel qui a aussi salué les efforts du pays hôte pour améliorer les indicateurs de santé chez la mère et l’enfant, la jeune fille et dans le domaine de la planification familiale.

L’UNFPA reconnaît le leadership au plus haut niveau de son Excellence Monsieur le Président Mohamed Bazoum pour tous les efforts visant à stabiliser la démographie et améliorer les conditions de vie des populations du Niger, a-t-elle exprimé. Elle a, par ailleurs, indiqué que le Partenariat de Ouagadougou reste un partenaire clé et une plate-forme très importante pour l’UNFPA. Nos missions sont complémentaires et nos objectifs sont communs ; c’est pour le développement de l’adolescent, l’autonomisation de la femme. Cela passe par l’accès à la PF à toute personne qui le désire sans restriction. A l’UNFPA, on regarde la planification familiale sous le prisme des droits et des choix de la femme et de la jeune fille.

La PF est fondamentale pour la réalisation de leurs aspirations et leur épanouissement. C’est ainsi que la PF fait partie des trois résultats transformateurs que l’UNFPA a adoptés à l’horizon 2030 notamment Zéro besoin non satisfait en planification familiale, zéro décès maternel évitable et zéro violence basée sur le genre et pratique néfaste comme le mariage d’enfant et la mutilation génitale féminine, a énuméré la Directrice Régionale de l’UNFPA.

De son côté, Mariama Abou Gado, Jeune nigérienne Activiste et étudiante en médecine, a rappelé à l’assistance l’importance de miser sur les jeunes pour garantir un meilleur avenir au continent. Avec 200 millions de jeunes, le continent africain dispose du meilleur potentiel humain pour impulser son développement social et économique, a-t-elle soutenu.

Prononçant le discours officiel, le Premier Ministre nigérien, Ouhoumoudou Mahamadou a ravivé la mémoire des participants avec la Conférence Internationale sur la Population et le Développement de 1994 au Caire où la santé de la reproduction et principalement sa composante planification familiale est devenue une cible des programmes de santé dans le monde. Revenant sur la 11ème RAPO et son thème, le chef du gouvernement fait savoir qu’associer les questions de développement socio-économique à la planification familiale est un choix judicieux ».

Le Niger, informe son premier ministre, s’est doté d’un référentiel de planification familiale intitulé « Plan d’Action National Budgétisé de la Planification Familiale 2021-2025 » en vue de contribuer efficacement à l’amélioration des indicateurs. C’est aussi pourquoi, il s’est engagé, dans la Déclaration de politique générale, à renforcer la disponibilité et les capacités opérationnelles en planification familiale dans les formations sanitaires. En plus du renforcement des stratégies actuelles, nous avons pris l’engagement d’approvisionner régulièrement les formations sanitaires et les sites de distribution à base communautaire en intrants, a précisé le chef du gouvernement. Pour opérationnaliser cet engagement, le gouvernement s’est fixé comme objectif d’augmenter le taux de prévalence contraceptive chez les femmes en union de 21,8 % en 2021 à 29,3 % en fin 2025 dans son nouveau Plan d’Action National Budgétisé de la Planification Familiale.

Ouhoumoudou Mahamadou a également mis le projecteur sur les défis multiples auxquels sont confrontés les pays de la région qui sont autant de handicaps pour leur développement socio-économique. Il s’agit notamment des défis liés aux changements climatiques, à l’insécurité, à l’éducation, aux épidémies et à la détérioration des termes de l’échange. Nous devons rechercher les voies et moyens de les juguler, de rechercher la prospérité pour nos populations et de viser l’atteinte des objectifs de développement durable comme toutes les autres nations du monde, a-t-il affirmé.

Selon le Premier Ministre, la forte croissance démographique observée dans les pays du PO est un facteur aggravant de ces handicaps car, soutient-il, le développement se mesure en termes de produit intérieur brut par tête d’habitant, et dans les pays de la région, du fait d’un taux élevé de natalité, chaque personne active supporte la charge d’un nombre élevé de personnes inactives notamment des enfants en bas âge. Dans de telles conditions, affirme-t-il, « le revenu moyen par tête d’habitant ne peut progresser que de façon modérée ou à la limite stagner voire reculer ».

L’animation de la cérémonie d’ouverture officielle a été assurée par Sogha-Aïr Ténéré, un groupe folklorique nigérien.

Partager cet article

Partager sur twitter
Partager
Partager sur facebook
Partager

NEWSLETTER

Soyez informé des dernières actualités.

Inscrivez-vous !

Recevez toutes les actualités du PO directement dans votre boîte e-mail.