Atelier de co-création d’outils de plaidoyer pour les jeunes ambassadeurs de la Planification Familiale

Les parties prenantes du Partenariat de Ouagadougou (PO) se retrouveront du 12-14 décembre à Abidjan (Côte d’Ivoire) pour y tenir la 5ème leur réunion annuelle. Ce sera l’occasion pour eux d’échanger sur l’évolution de leur Partenariat et de faire le point sur la situation de la Planification Familiale (PF) en Afrique de l’Ouest Francophone. Le thème central de la réunion de cette année portera sur les jeunes.

C’est dans le cadre de la préparation de cette réunion annuelle qu’un atelier de co- création d’outils de plaidoyer pour les jeunes ambassadeurs de la planification familiale s’est déroulé les jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2016 à Dakar. L’atelier, facilité Peter Goldstein et Stéphanie Kimou de Population Research Bureau (PRB), a vu la participation des jeunes ambassadeurs de la Santé de la Reproduction et de la Planification Familiale (SR/PF) des pays du PO, de l’équipe de l’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou (UCPO) et de EtriLabs. Cet atelier avait pour principaux objectifs : d’impliquer  les jeunes ambassadeurs dans la conception du produit et de l’outil de plaidoyer en matière de PF,  à présenter à la réunion annuelle du Partenariat de Ouagadougou (PO)  de décembre prochain.

dsc_0064

Les Jeunes Ambassadeurs (JA) du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, de la Mauritanie, du Niger, du Sénégal et du Togo ont pendant deux jours, débattus sur la situation de la PF dans leurs pays respectifs, ainsi que sur les différents problèmes auxquels ils sont confrontés pour la mise en œuvre des programmes PF ciblant les jeunes. Au menu des échanges, il y avait également les principaux thèmes relatifs à santé sexuelle et reproductive des jeunes à  développer lors de cette 5éme réunion annuelle du PO.

Les obstacles à l’accès des jeunes aux services de la PF dans les pays membres du Partenariat de Ouagadougou

Les jeunes ambassadeurs ont fait part des différents obstacles auxquels ils sont confrontés dans leurs pays respectifs. Ils ont par exemple déploré le manque d’application des lois SR en vigueur et des engagements pris par certains états en ce qui concerne la gratuité des services de contraception pour les adolescents et les jeunes. Le coût élevé de certains produits de contraception moderne constitue l’un des principaux obstacles à une meilleure propagation de la PF, surtout chez les jeunes qui n’ont  de revenus pour  se les procurer.

Les barrières socio-culturelles ont aussi été soulevées par la majorité des jeunes ambassadeurs présents lors de cet atelier. Par exemple, il est difficile pour certains jeunes de se rendre dans les centres de santé, par peur de rencontrer une connaissance ou un membre de la famille. La plupart des jeunes ont peur du jugement des prestataires de services, ou tout simplement d’être catalogué comme quelqu’un de sexuellement actif, ce qui peut être synonyme de déperdition dans leur environnent . La religion ayant une place importante dans ces sociétés, les questions liées à la sexualité et aux droits sexuels de l’individu sont encore tabous

Solutions et outils proposés par les jeunes ambassadeurs

Les jeunes  ambassadeurs du Sénégal et de la Mauritanie ont  fortement suggéré une plus grande implication des  religieux dans les programmes sur la PF, car ces derniers sont de vrais porteurs de voix en Afrique de l’Ouest Francophone. Ils suggèrent donc de les mettre au centre des stratégies de communication.

A l’unanimité, les jeunes représentants les pays membres du PO, ont défendu l’idée de gratuité des produits contraceptifs y compris les méthodes de longue durée d’action (DUI, implants ); ainsi que l’accès  aux bonnes informations sur la santé de la reproduction.

En ce qui concerne les outils de plaidoyers, il est ressorti des groupes de réflexion animés par les jeunes ambassadeurs lors de cet atelier, l’importance d’utiliser des outils comme la vidéo, plus efficace et peut faire passer les messages plus vite que les autres canaux de communication. Ils recommandent également de transmettre les messages dans les langues locales, pour atteindre plus d’individus.

Les jeunes ambassadeurs du Burkina et du Togo ont pour leur part proposé d’impliquer les journalistes, mais aussi les célébrités et autres stars qui sont écoutés par la population, pour mieux faire passer les messages.

dsc_0158

La directrice de l’UCPO, Mme Fatimata Sy a saisi cette occasion pour inviter les jeunes  ambassadeurs à être plus stratégiques dans leurs  intervention  par exemple à être plus précis sur ce qu’ils veulent accomplir au niveau de leurs pays respectifs et collectivement pour la sous-région ; c’est ainsi que leurs actions en plaidoyer seront plus efficaces car mieux ciblées.

 Projections d’idées et échanges autour de la Réunion d’Abidjan

Toutes les parties prenantes du Partenariat de Ouagadougou à savoir  les gouvernements, les bailleurs, la société civile, la société savante, les parlementaires, les religieux et les journalistes seront présentes à Abidjan ; d’où la nécessité pour les jeunes ambassadeurs de se préparer dès maintenant pour tirer un meilleur profit de l’opportunité offerte par cette réunion.

Les jeunes ambassadeurs ont proposé que  la 5éme réunion annuelle du PO ait comme objectifs: d’améliorer la prise en compte des jeunes dans les programmes, stratégies et plans d’actions PF ; de partager le bilan des réalisations des différentes parties prenantes et d’échanger sur les défis contraintes et solutions pour la mise en œuvre des plans PF de 2éme génération.

La directrice de l’UCPO s’est dite très satisfaite de cet atelier et a félicité par  la même occasion les représentants de PRB :

dsc_0062« Nous allons prendre en compte toutes les propositions. J’en profite pour remercier les représentants de PRB. Ils nous ont facilité les choses. Le mérite leur revient. Je remercie aussi la fondation Bill et Melinda Gates, à qui nous rendrons compte de tout ce qui s’est dit dans cet atelier. »

Madame Sy de se projeter sur la 5éme réunion en adressant quelques conseils aux JA :

« Vous savez ce vous représenterez à Abidjan. Ce qu’on veut c’est que vous soyez au centre de la réunion. Mettez-vous en avant. A cette réunion vous devez vous mobiliser et avoir un comportement responsable. Je sais que vous serez à la hauteur. Ceci n’est qu’un début, d’ici la réunion d’Abidjan on aura le temps de poursuivre ce dialogue et d’affiner votre contribution à la réunion ».

Même si des progrès restent à faire dans la sous-région en matière de PF, l’engagement des parties prenantes du PO est plus que déterminante pour l’atteinte des objectifs. Rendez-vous est donc pris pour Abidjan les 12-14 décembre prochain.

Fatou N’DIAYE

Voir les photos de l’atelier ici.