Barbara Laurenceau s’imprègne des progrès réalisés dans la lutte contre les grossesses en milieu scolaire et d’apprentissage dans l’Atacora

Le Directeur de l’unité nord de Plan International Bénin, Paul Sabi Boum, à la faveur d’une séance tenue mardi à la préfecture de Natitingou, a exposé à la Représentante Résidente au Bénin du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), Barbara Laurenceau, et aux membres de sa délégation, les différentes actions menées, sous le leadership du préfet Lydie Déré Chabi Nah, dans le cadre de la promotion de la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes et surtout dans la lutter contre les grossesses en milieu scolaire et d’apprentissage, à travers la campagne « Zéro grossesse en milieu scolaire (Zégromis)» dans l’Atacora.

Des interventions de Plan International Bénin pour accompagner la campagne Zégromis, aux dispositifs de partenariat mis en place à cet effet en passant par les stratégies développées, les résultats attendus, les performances réalisées et les défis à relever, aucun aspect n’a échappé au directeur de l’unité nord de Plan Bénin.

En terme de perspectives, Paul Sabi Boum a souligné la nécessité de poursuivre la mobilisation des bailleurs et des partenaires de tous ordres pour la mise à l’échelle des interventions en Santé Sexuelle et Reproductive des Adolescents et Jeunes (SRRAJ), de faciliter aux jeunes l’accès à E-learning et de renforcer la synergie d’action avec tous les partenaires intervenant dans la SRRAJ.

L’Atacora fait partir de la liste de nos zones d’intervention, c’est d’ailleurs ce qui justifie notre présence et en même temps que nous travaillons sur la problématique de la continuité de la santé maternelle et néonatale, on a jugé opportun et pertinent d’aborder le sujet des grossesses en milieu scolaire parce qu’elles sont une préoccupation de santé, a indiqué Barbara Laurenceau.

Tout comme la Directrice Générale de l’Agence Nationale des Soins de Santé Primaires (ANSSP) Olga Houinato Agbohoui, la Représente Résidente au Bénin de l’UNFPA s’est aussi réjouie des progrès réalisés dans le cadre de la lutte contre les grossesses en milieu scolaire et d’apprentissage.

Elle a par ailleurs appelé l’attention des différents acteurs sur la problématique frontalière, les questions de déplacement des conflits et la mise en place des programmes conjoints des Nations Unies, Burkina-Faso, Togo, Bénin à cet effet.

Notre seule chance de réussir sur ces sujets c’est de permettre aux jeunes d’apporter leurs propres solutions et d’associer le numérique à la gestion des problématiques, a fait savoir la Représentante Résidente de l’UNFPA.

Publié le 17-09-2020 dans ABP