« C’est aux femmes africaines de décider combien elles veulent d’enfants, quand et avec qui »

Nicolas Meda n’est pas étranger aux questions soulevées lors du sommet Family Planning 2020 de Londres, mardi 11 juillet. Médecin épidémiologiste depuis plus de vingt ans, spécialiste de la santé reproductive et de la transmission mère-enfant du virus du sida, il défend depuis longtemps le développement d’une meilleure contraception en Afrique.

Ministre de la santé du Burkina Faso depuis février 2017, il s’est fait le porte-parole du Partenariat de Ouagadougou à l’occasion du sommet. Devant un parterre de ministres du monde entier, de chefs d’entreprises, de fondations philanthropiques et d’acteurs de la société civile en faveur de la planification familiale, il a martelé que celle-ci était un droit inaliénable, qui devait s’apprendre dès l’école primaire.

Pour le Monde Afrique, il est revenu sur ce partenariat, sur la contraception et les droits des femmes en Afrique.

Qu’est-ce que le Partenariat de Ouagadougou ?

Nicolas Meda Ce sont neuf pays d’Afrique francophone, de l’Ouest et centrale : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Togo engagés depuis 2011 pour accélérer l’agenda de la planification familiale dans cette sous-région.

Pourquoi la planification familiale est-elle importante ?

D’abord parce que c’est un droit inaliénable. C’est aux femmes de décider combien elles veulent d’enfants, quand et avec qui. Ensuite, parce que s’occuper de la contraception des femmes permet d’accélérer la forte croissance économique qui résulte d’une baisse rapide des naissances.

Nous sommes des pays pauvres, avec 50 % de population dépendante, c’est-à-dire qui ne travaille pas parce qu’elle est trop jeune, n’a pas de compétences, pas de métier, pas d’éducation et qu’elle est incapable de produire pour elle-même ou pour les autres. La planification familiale permet de réduire la croissance démographique pour avoir une population moins dépendante, et de développer le pays.

Mais, pour développer la planification familiale, il faut de l’éducation. Sans éducation, la femme ne comprend pas les messages. Moins de 30 % de femmes vont à l’école ou sont éduquées. Ce manque d’éducation provoque une forte pauvreté féminine. C’est pourquoi il faut une éducation et une autonomisation des femmes.

Eduquée et autonome, la femme décide par elle-même et pour elle-même de s’engager dans une planification familiale. Nous travaillons aussi avec ce qu’on appelle l’Ecole des maris, pour faire comprendre aux hommes les intérêts de la planification, et les intégrer au processus.

Quel est l’intérêt de travailler à neuf pays ?

D’abord, c’est la noblesse de la cause. Si vous êtes seul, votre cause n’est pas primordiale, mais quand vous êtes neuf, c’est que tout le monde a conscience que c’est une priorité.

Ensuite, pour le partage d’expérience, de compétences. Le secours mutuel pour avancer ensemble. « Si vous voulez aller vite, allez seul, mais si vous voulez aller loin, allez ensemble », dit le dicton. Nous visons loin et souhaitons y arriver ensemble.

Enfin, à neuf, nous sommes plus visibles et attirons davantage de soutiens. On en a eu la preuve, ici à Londres, ce matin : le Canada a dit qu’il souhaitait nous soutenir, les pays nordiques y réfléchissent aussi.

A quels obstacles êtes-vous confrontés ?

Les ressources : il faut plus de 50 millions de dollars (43,6 millions d’euros) par an et par pays.

La deuxième barrière, c’est l’offre de service. Au-delà des cliniques qui sont très insuffisantes, il nous faut des agents de santé communautaires qui vont aller à domicile, pour proposer toute une gamme de contraceptifs. Et les différents ordres médicaux trouvent que c’est une dévalorisation de la fonction médicale.

La troisième barrière, c’est la communauté. Je vous ai expliqué combien l’éducation était compliquée. Elle passe plus facilement par des messages audio et visuels, par la TV par exemple. Dans nos zones, on a jusqu’à 500 dialectes différents. Il nous est impossible de diffuser des messages dans toutes ces langues.

Toute la difficulté consiste à créer la demande, pour que ce ne soit pas seulement les femmes urbaines et aisées qui aient accès à la planification. Au Burkina Faso, 85 % de la population vivent en milieu rural, où l’éducation des femmes est encore bien en dessous de 30 %. Comment les atteindre ? Comment leur faire prendre conscience que la planification familiale ne doit pas être perçue comme un contrôle du nombre d’enfants qu’elles doivent avoir, mais une synthèse pour qu’elles aient à décider combien et quand ?

Nous insistons sur le « quand », car le capital humain de chaque individu est déterminé par ses mille premiers jours, très importants pour constituer le développement d’un enfant. Si les grossesses sont trop rapprochées, l’enfant ne va pas bénéficier de l’alimentation, des outils d’éducation, des vaccinations, de l’apprentissage dont il a besoin.

Qu’avez-vous mis en place ?

Nous avons créé un programme de sécurisation des approvisionnements, pour que du niveau national où on fait la quantification, au point de service, nous ne connaissions aucun jour de rupture en produits contraceptifs.

Nous sommes en train de doter près de 18 000 agents de santé à base communautaire, pour qu’ils soient des relais de service de santé au niveau des familles, pour distribuer les produits contraceptifs. Nous allons aussi lancer un vaste programme de communication, d’éducation, de scolarisation.

Vous parlez de cours d’éducation sexuelle ?

Absolument. Tout sera introduit dans les programmes scolaires à partir de la dernière année du primaire jusqu’au niveau supérieur. Mais, en termes de communication, nous voulons également utiliser les nouvelles technologies.

Aujourd’hui, les téléphones portables ont gagné tout le pays. Et avec des compagnies téléphoniques, nous souhaitons développer des messages audio dans les dialectes pour inciter les femmes à adopter une contraception en leur rappelant régulièrement cet engagement. Beaucoup ne savent pas lire, mais elles peuvent écouter dans la langue de leur choix un message audio sur leur téléphone.

Quelle est la situation au Burkina Faso, avant et après le Partenariat de Ouagadougou ?

Avant le partenariat, nous étions à moins de 15 % de femmes utilisatrices de méthodes modernes de contraception. Nous avons eu une poussée à 22,5 % et le programme national a prévu que d’ici 2020, nous atteignons 32,5 %. Mais, personnellement, je dirais que c’est insuffisant pour passer à une phase de transition démographique, il faudrait qu’on atteigne 50 %.

Pourquoi l’Afrique a-t-elle plus de retard que les autres régions du monde sur la question des droits sexuels et reproductifs ?

Ce que je vais dire n’engage que moi. Je pense qu’il n’y a pas eu de volonté politique pour la planification familiale, ni en général pour l’émancipation des femmes. Là où il y a eu un engagement politique, les résultats ont été forts.

Je vous donne un seul exemple : c’est la Tunisie. Malgré la force de la religion, le président Bourguiba a décidé d’autonomiser la femme, de lui donner toutes les clés de son développement, et les femmes tunisiennes sont aujourd’hui indépendantes.

Pour se rendre compte de la force de l’engagement politique, il suffit de prendre un pays de l’Asie et un pays d’Afrique. Le Sri Lanka, malgré une guerre civile, a aujourd’hui éliminé la mortalité maternelle, alors que nous avions le même niveau de développement dans les années 1960.

Quels sont les défis à venir ?

Nous mobiliser pour continuer d’avoir des ressources. Vous avez vu les menaces de la nouvelle politique de Trump ? Nous avons aujourd’hui l’appui d’ONG américaines. Elles sont financées par l’USAID, et si l’USAID n’a plus de ressources, nous non plus. Heureusement, il y a des fondations philanthropiques qui prennent le relais, mais pas au même niveau. Nous devons aussi inciter les autres pays d’Afrique à adopter des politiques similaires.

Malgré les progrès de la planification familiale, l’avortement, toujours illégal tue beaucoup de femmes…

Je me suis exprimé au Parlement burkinabé en avril sur ces grossesses non désirées qui aboutissent à des avortements clandestins meurtriers. Et j’ai demandé que les législateurs burkinabés examinent la possibilité de dépénalisation de l’avortement.

Les femmes de l’Assemblée, qui ne représentent malheureusement que 20 % du Parlement, en ont fait leur combat et, tout dernièrement, avec le décès de Simone Veil, beaucoup se sont souvenues du combat qu’elle a mené en France.

Vous pensez que ça pourrait arriver rapidement ?

Pas dans cette législature. Je sens toujours une domination des groupes de pression religieux et coutumiers qui restent très hostiles à la dépénalisation de l’avortement. Malheureusement leur voix porte plus loin que celle des femmes. Nous ne devons pas brusquer les choses, c’est pourquoi je ne pense pas que ça se fera avant cinq ou dix ans. Mais notre plan accéléré pour la planification familiale va créer une dynamique.

Fin juillet, les parlementaires de l’Afrique de l’Ouest et centrale se réuniront à Ouagadougou pour parler de planification familiale, et la dépénalisation de l’avortement y sera débattue.

Comment réagissent les groupes religieux à la planification familiale ?

Pour l’instant, ils tolèrent l’accès aux contraceptifs modernes, mais la différence viendrait si, au lieu de tolérer, ils agissaient. Si, dans les prêches, dans les mosquées, dans les églises, ils abordaient la planification familiale, nous progresserions très rapidement. Ils ont une force de mobilisation nettement supérieure à l’Etat : les gens boivent la parole de l’évêque ou de l’imam.

Vous considérez-vous comme un féministe ?

Je ne me suis jamais posé la question… mais le Burkina Faso s’appelle le « pays des hommes intègres ». C’est un pays de tolérance et, depuis 1984, avec la venue au pouvoir du président Thomas Sankara, une différence fondamentale a été faite dans la conscience collective pour la défense des droits des femmes. Et, parmi nous, hommes de cette génération, je ne pense pas qu’il y ait un seul Burkinabé qui ne se batte pas pour l’égalité des genres.

Personnellement, au quotidien, je suis très regardant sur cet équilibre. Je fais attention aux décisions que je prends pour toujours respecter la parité. Et il m’arrive souvent de m’exclamer : « Il n’y a pas de femmes dans cette salle, pourquoi ? » Je ne sais pas si je suis un féministe, mais je suis un défenseur des droits des femmes.

Paru le 14.07.2017 dans Le Monde.fr