Chaire Unesco – UAC : la 6ème édition du Programme de Leadership au Sahel lancée

Programme Leadership Sahel

Après l’édition 2019 au Burkina Faso, l’édition 2020 du Programme de Leadership au Sahel (PLS) s’est ouverte au Bénin le lundi 10 février 2020.  Lancé à la salle polyvalente de la Chaire Unesco des droits de la personne humaine et de la démocratie de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC), ce programme a connu la participation d’un nombre important de personnalités venues de divers horizons.

Créé depuis 2015 et dirigé principalement par l’Initiative OASIS, en partenariat avec d’autres organismes, le Programme de Leadership au Sahel (PLS) dont le but est de créer une masse critique de leaders émergents dédiés à l’autonomisation des filles et des femmes pour améliorer le bien-être des familles au Sahel, s’emploie à produire en Afrique, une relève de qualité.

Pour le compte de l’édition 2020 placée sous le thème « Des engagements aux actes : quelle place pour la démographie dans les programmes de développement en Afrique de l’Ouest », il s’agira pour les jeunes leaders venus du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte-d’Ivoire, du Niger et du Tchad de réfléchir et d’envisager des solutions intégrées pouvant permettre de relever les défis liés à la démographie en Afrique de l’Ouest. Lesquels défis ont trait notamment à l’éducation et à la protection des jeunes filles, la santé réproductive, y compris la planification familiale.

L’initiative, aussi nouvelle qu’elle paraît, ne manque pas, selon la Coordinatrice du Programme PLS, Aminatou Assoumana Issaka, de susciter un fort engouement dans le rang des acteurs du développement à l’échelle Ouest-africain.

Aux grands défis, des solutions audacieuses
Remerciant à l’entame de ses propos les différents partenaires travaillant à l’atteinte de la vision du programme qui n’est rien d’autre que le développement durable de l’Afrique, elle n’a pas dissimulé le rôle combien important des universités dans ce processus.

« Les universités qui sont des institutions de formation et de recherche, ont un rôle crucial et un potentiel inestimable dans l’atteinte des objectifs de développement durable », a-t-elle clamé, à cet effet. Représentant le Recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, pour la circonstance, le Vice-Recteur chargé des Affaires Académiques, Marcel Zannou, a quant à lui, salué la volonté de ce programme.

A ses dires, les bénéficiaires, outre ce qui se fait déjà par les gouvernants, ont la lourde responsabilité de travailler à proposer des solutions efficaces aux défis de l’Afrique. C’est alors que la Ministre des Affaires Sociales, Veronique Tognifodé Mèwanou, va procéder au lancement de la cérémonie.

Reconnaissant qu’aucun développement n’est possible sans la maîtrise de l’évolution de la démographie et sans le capital humain, elle invite les différentes composantes dans la société africaine, notamment celles béninoises, à accompagner la santé et l’éducation des femmes et des filles.

« Il est nécessaire que nous travaillions à aider les femmes et les filles à maîtriser leur fécondité par la planification familiale. Cela permettra de libérer l’initiative féminine dans tous les domaines et d’impulser le développement social au Bénin », parachève-t-elle.

Du reste, il est à noter que le programme est dirigé par l’Initiative OASIS, en collaboration avec l’Université Abdou Moumouni (UAM) du Niger, l’Institut Supérieur des Sciences de la Population (ISSP) de l’Université Joseph Ki-Zerbo du Burkina Faso, la Chaire UNESCO de l’Université d’Abomey-Calavi, le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS), le réseau Expand Net, le Centre Bixby pour la Population, Santé, et Durabilité de l’université de Californie, Berkeley et Venture Strategies for Health & Development.

Sylvestre TCHOMAKOU

Publie le 11-02-2020 dans Benin 24 TV