Conseils sur le changement social et de comportement pour la planification familiale pendant le COVID-19

L’impact du COVID-19 sur la planification familiale

Le COVID-19 a déjà des répercussions sur la planification familiale et la santé reproductive (PF/SR) dans certains pays, pouvant découler de perturbations dans les chaînes d’approvisionnement en produits contraceptifs, de la fermeture des services de PF/SR et de la crainte du public de se rendre dans des structures sanitaires. Dans le même temps, le confinement, la perte d’emploi et la fermeture des établissements scolaires pourraient avoir des répercussions sur les comportements sexuels et reproductifs typiques au sein des foyers. Ces répercussions présentent un risque considérable pour la santé et le bien-être des femmes et des filles ayant besoin de produits et services de PF/SR. Par exemple, lors de la crise du virus Ebola, les grossesses non souhaitées parmi les adolescentes de Sierra Leone ont fortement augmenté, avec des conséquences à long terme sur l’éducation des filles. Par ailleurs, les remontées d’informations suggèrent une augmentation des violences domestiques envers les femmes et les enfants en pleine pandémie de COVID-19. Malheureusement, la distanciation sociale et physique isole plus encore les personnes victimes de violence basée sur le genre (VBG), compliquant d’autant l’accès à l’aide et aux services, sans compter que la disponibilité de tels services est également interrompue.

Évolution du rôle du changement social et de comportement

Selon la FNUAP, dans le cadre de la réponse à la pandémie de COVID-19, « la fourniture de contraceptifs modernes à durée d’action courte ou à action prolongée, d’informations, de conseil et de services (dont la contraception d’urgence) sauve des vies et doit rester disponible et accessible ». Les approches pour le changement social et de comportement (CSC) restent des outils essentiels pour atteindre cet objectif. Toutefois, le nouvel environnement créé par le COVID-19 confronte les communautés à une multitude de défis.

Par exemple :

  • Grande quantité d’informations nouvelles concernant le COVID-19, dont une part importante d’informations erronées et de rumeurs, engendrant un niveau élevé de peur.
  • Besoin d’apprendre de nouveaux comportements pour se protéger contre le virus.
  • Changements dans les schémas de communication habituels et les sources de confiance, avec une réduction des contacts personnels et davantage de communication virtuelle, lorsque ce mode est accessible.

Dans un tel environnement, les professionnels du CSC peuvent être amenés à adapter les messages concernant la planification familiale pour s’assurer qu’ils font écho à l’état émotionnel actuel du public et qu’ils véhiculent des appels à l’action réalistes au regard de leur nouveau quotidien. Les professionnels du CSC doivent également trouver de nouvelles méthodes de travail conformes aux directives de distanciation physique tout en atteignant les publics visés par le biais de sources de confiance. De plus, tout cela doit être déployé tout en veillant à ce que le volontarisme et le choixé clairé restent au cœur de toute action d’information et de conseil en matière de planification familiale.

À propos de ce guide

Ce guide concis comprend des réflexions, des ressources et des messages importants pour aider les programmes nationaux à adapter leurs programmes de CSC axés sur la PF/SR face aux défis posés par le COVID-19. Les adaptations apportées aux programmes et aux messages doivent refléter le contexte national, les services disponibles et la réponse du gouvernement local, notamment celle des instances de coordination en charge de la communication sur les risques liés au COVID-19 et des efforts d’engagement communautaire.

Réflexions relatives aux programmes de CSC axés sur la PF/SR

  • S’appuyer sur les orientations nationales en matière de PF/SR et de VBG et poursuivre le travail avec les mécanismes de coordination nationale concernant la CSC (p. ex. harmoniser les messages à jour sur la planification familiale et la VBG).
  • Garantir un dialogue ouvert et permanent avec les partenaires locaux chargés de la prestation de services afin d’appréhender les changements continuels des moyens de contraception et de la disponibilité des services de planification familiale dans les structures publiques et privées. Cela doit se refléter dans les messages de CSC afin de garantir que les clients disposent d’informations à jour sur la disponibilité des services de PF/SR.
  • Lier les programmes de planification familiale au travail existant sur la VBG. Cela peut notamment se faire en sensibilisant à l’augmentation potentielle des violences au sein des communautés et parmi les prestataires de soins de santé, en formant les prestataires de services de planification familiale à la détection et à la réaction aux signalements de violence et en fournissant des informations sur les services d’aide disponibles en matière de VBG dans le cadre des programmes de CSC dans le domaine de la planification familiale.
  • Étendre les partenariats avec les points de distribution du secteur privé, comme les pharmacies/parapharmacies et les points de diffusion non traditionnels (p. ex. les kiosques) proposant des contraceptifs comme la pilule contraceptive orale, des contraceptifs d’urgence, l’AMP-SC et des préservatifs. Selon l’offre disponible, modifier les messages pour orienter les clients vers ces points de service.
  • Envisager de proposer des formations numériques aux pharmaciens/propriétaires de kiosques pour renforcer leur aptitude à conseiller les femmes, les hommes et les couples sur les méthodes disponibles et à diffuser d’autres informations en lien avec la planification familiale, dont des informations à jour sur l’accès aux services pour des méthodes à plus long terme.
  • Promouvoir les soins auto-administrés en matière de planification familiale, notamment la sensibilisation à la fécondité parmi les femmes, les hommes, les filles et les garçons, par le biais d’approches en ligne attrayantes et interactives ; par exemple, un guide numérique sur la création d’un collier du cycle, d’après la méthode des jours fixes, à la maison, ou des instructions sur l’utilisation des applications numériques existantes pour les appareils Android et Apple.
  • Lier les messages concernant les soins auto-administrés aux approches de CSC en matière de santé sexuelle et reproductive au sens large, dont la prévention et le traitement du VIH.
  • Tester au préalable les nouveaux messages, supports et interventions par le biais de canaux virtuels tels que WhatsApp ou Facebook.
  • Modifier les contenus et renforcer la promotion des hotlines existantes sur les questions de santé et autres services numériques et mobiles (SMS/RVI) fournissant des informations et des conseils sur la planification familiale et la VBG, à l’image de « 3-2-1 » , WhatsApp et Facebook, permettant de conseiller les appelants sur les lieux où trouver des contraceptifs modernes, la gestion des effets secondaires et l’accès à des ressources sur la VBG au sein de la communauté. Utiliser la formation virtuelle pour renforcer les capacités des conseillers/du personnel des hotlines à orienter les appelants vers des ressources sur la VBG.
  • Envisager de recourir à des systèmes communautaires d’information du public et à des stations radio communautaires pour relayer les messages sur la planification familiale et la VBG, notamment pour atteindre les publics ne disposant d’aucun accès mobile.
  • Identifier les nouvelles opportunités pour atteindre les clients existants et ceux dont les besoins ne sont pas satisfaits, afin de partager des informations et des orientations sur la planification familiale pendant cette période, par exemple en fournissant des informations et des services de planification familiale dans les centres de quarantaine.
  • Prendre en considération les besoins particuliers des sous-populations, comme les jeunes et les femmes en situation de handicap, en intégrant des messages ciblés qui tiennent compte de leurs besoins en matière de planification familiale pendant cette période.

Exemples de messages de planification familiale pour les programmes de CSC

Les recommandations ci-après concernant les messages sont fournies à titre d’illustration et devront être adaptées selon le contexte national.

Généralités

  • Changer la teneur des messages de « Consultez votre prestataire de soins de santé » à la promotion de sites alternatifs pour les informations et les services. Par exemple, « Retrouvez plus d’informations concernant la planification familiale sur [source mobile/numérique locale] » pour les informations d’ordre général sur la planification familiale, et « Adressez-vous à votre pharmacien pour accéder à différentes méthodes à court terme » pour l’accès à des contraceptifs modernes.
  • Étendre le concept de « préparation » à la planification familiale en promouvant l’acquisition de cycles de contraceptifs supplémentaires (pilules orales ou AMP-SC, par exemple). Par exemple, « Demandez à votre pharmacien une provision supplémentaire de contraceptifs. »
  • Renforcer les conseils en planification familiale pendant les soins prénataux et post-partum pour réduire les besoins de consultation ultérieure dans les centres de santé en faisant le lien entre planification familiale et promotion permanente d’un accouchement sans complications. Par exemple, « Accoucher avec un prestataire compétent est la meilleure chose que vous puissiez faire pour votre propre santé et celle de votre bébé. Au moment de l’accouchement, interrogez votre prestataire sur les méthodes de planification familiale que vous pouvez utiliser dès à présent pour retarder votre prochaine grossesse. »

Méthodes de planification familiale

  • Renforcer le sentiment d’autonomisation et d’efficacité en promouvant les soins auto-administrés positifs pour la planification familiale, notamment en promouvant les méthodes de soin auto-administrées comme la pilule, les préservatifs, la contraception d’urgence et, le cas échéant, l’AMP-SC. Par exemple, « Même en cette période difficile, vous pouvez décider si et quand vous souhaitez tomber enceinte. Si vous n’avez pas accès à un prestataire de soins de santé dans l’immédiat, utilisez une méthode à court terme disponible auprès de votre pharmacie locale. »
  • Ajouter ou développer des messages promouvant des méthodes contraceptives modernes qui ne dépendent pas de l’accès aux structures sanitaires ou aux prestataires de soins de santé, notamment par la sensibilisation et le renforcement des connaissances sur la méthode de l’allaitement maternel et de l’aménorrhée et sur les méthodes basées sur la connaissance de la fécondité. Par exemple, « Si vous n’avez pas accès à un prestataire de soins de santé ou à un pharmacien pour votre méthode habituelle de planification familiale, utilisez une méthode de sauvegarde basée sur la fécondité que vous pouvez contrôler. »
  • Mettre l’accent sur les femmes et les filles et leur permettre de se sentir soutenues malgré les difficultés et les méthodes limitées en leur rappelant qu’elles peuvent recourir à une méthode disponible dans l’immédiat, puis revenir ultérieurement à la méthode de leur choix.
  • Par exemple, « Si la méthode de votre choix n’est pas disponible pendant cette période difficile vous pouvez utiliser une autre méthode à court terme pour le moment, puis revenir ultérieurement à votre méthode privilégiée. »
  • Promouvoir la confiance dans les méthodes de planification familiale pour aider les usagers existants à gérer les effets secondaires et réduire ainsi l’interruption des méthodes. Par exemple, « N’oubliez pas que des changements dans les saignements et d’autres effets secondaires peuvent être gênants, mais sont normaux chez les femmes utilisant une contraception. Vous pouvez parler à quelqu’un des effets secondaires en appelant [hotline locale]. » Les messages peuvent également s’adresser aux personnes d’influence comme les amis et partenaires masculins. Par exemple, « Des changements dans les saignements et d’autres effets secondaires peuvent être source de gêne ou d’inquiétude pour les femmes, mais ils sont tout à fait normaux. Soutenez votre partenaire/amie si elle est confrontée à des effets secondaires, et encouragez-la à continuer d’utiliser des méthodes de planification familiale pendant cette période difficile. »

Soutien au sein des couples

  • Promouvoir une communication ouverte et équitable au sein du couple concernant les intentions en termes de fertilité et la prévention des grossesses, à la fois de manière générale et pendant cette période particulière. Par exemple, « Si vous ne souhaitez pas tomber enceinte en cette période d’incertitude, parlez de planification familiale avec votre partenaire. »

Violence basée sur le genre

  • Informer les femmes victimes de violences sur les lieux où elles peuvent obtenir une aide, notamment si les services locaux de PF/SR fournissant habituellement cette aide sont actuellement restreints. Par exemple, « Si vous subissez des violences chez vous, parlez-en à des amis et à des membres de votre famille susceptibles de vous soutenir, demandez l’aide de [hotline/autre service local à destination des victimes] et créez un plan de sécurité. »
  • Sensibiliser les communautés et les agents de santé au risque accru de violence sexuelle et physique découlant du confinement ou de la quarantaine et encourager un soutien collectif. Par exemple, « Pour certaines femmes, le COVID-19 n’est pas la seule menace. Gardez le contact et soutenez les femmes victimes de violence chez elles et dites-leur qu’elles peuvent obtenir une aide auprès de [hotline/autre service local à destination des victimes]. »

Jeunesse

  • Promouvoir une communication positive entre partenaires dans les jeunes couples pendant qu’ils sont loin l’un de l’autre. Par exemple, « Le temps loin l’un de l’autre n’est pas du temps perdu. C’est le moment idéal pour mieux connaître votre partenaire. Quels sont ses rêves d’avenir ? Quels sont les vôtres ? »
  • Aidez les jeunes à s’y retrouver dans leurs émotions et leurs relations pendant cette période, notamment s’ils sont séparés de leur partenaire amoureux ou sexuel. Par exemple, « Si vous êtes actuellement séparé(e) de votre partenaire, ne mettez pas votre santé en danger pour le ou la retrouver. Au lieu de cela, découvrez lequel d’entre vous peut être le plus créatif pour témoigner son affection par chat mobile. »
  • Tirez parti de l’importante influence des pairs pour les jeunes qui peuvent subir une certaine pression pour poursuivre leurs activités normales plutôt que de rester chez eux. Par exemple,
  • « Rappelez à vos amis qu’il est important de maintenir une distance physique pendant la pandémie de coronavirus. Encouragez-les à rester en sécurité pour le moment. L’amour physique peut attendre ! »
  • Encourager les parents et les autres adultes du foyer restant à la maison en raison de la quarantaine et du confinement à mettre à profit cette période pour discuter de relations, de sexualité et de fertilité avec leurs adolescents. Par exemple, « Profitez de ce temps passé à la maison pour avoir un impact positif durable sur vos enfants adolescents. Parlez-leur de relations, de puberté, de sexualité et de fertilité. »

Ressources en ligne