Côte d’Ivoire : L’Union Africaine encourage une baisse de la natalité pour accélérer la croissance économique du continent

L’Union Africaine a fait adopter à ses chefs d’États en 2017, un texte d’orientation visant à encourager toutes les politiques incitatives du dividende démographique, c’est-à-dire, la baisse simultanée des naissances et de la mortalité pour accélérer la croissance économique. La Représentante Spéciale de l’Union Africaine, Joséphine Charlotte Mayuma Kala, fait le point sur cette notion et ses enjeux.

Podcast journal : Pouvez-vous définir la notion de « dividende démographique » ?

Union Africaine : « Le dividende démographique, ce sont les fruits que nous récoltons après avoir fait des efforts pour régler un problème qui préoccupe… En l’occurrence, ce sont les bénéfices que nous récoltons lorsqu’on fait en sorte d’avoir moins d’enfants. On dit « démographique » parce qu’il correspond aux efforts fournis pour diminuer la population, après la mise en place d’un contrôle des naissances ».

Podcast Journal : Pourquoi cette maîtrise des naissances est-elle indispensable en Afrique ?

Union Africaine : « La maîtrise des naissances est cruciale pour améliorer la santé reproductive de la femme et les questions relatives à l’éducation. Elle est également importante pour avancer sur les problèmes de développement et de protection de l’environnement. Elle joue aussi un rôle prépondérant dans les questions de sécurité et plus particulièrement alimentaire, ainsi que dans la résolution des problèmes de migration climatique… Elle permet d’éviter de nombreux conflits communautaires et au sein même des familles ».

Podcast journal : Pourquoi ce lien entre surnatalité, développement et environnement durable ne semble pas totalement reconnu, en dehors de l’Union Africaine ?

Union Africaine : « C’est tout simplement à cause des mentalités rétrogrades que l’on peut encore trouver ici ou là. Également à cause de l’influence des religions sur les populations africaines et les préjugés sociaux. Tout ceci encourage une forme de domination masculine qui pousse les hommes à faire beaucoup d’enfants, dans ou en dehors du mariage. La dernière raison est que les États ne prennent pas encore conscience de la portée des services qui pourraient donner aux couples toutes les informations leur permettant de contrôler les naissances. En somme, les solutions doivent venir de tous et de chacun ».

Le continent africain compte 55 pays et environ 1,2 milliard d’habitants. Ce chiffre augmentera à 3 milliards en 2065 selon le FNUAP (Fonds des Nations Unies pour la population).

Laurence Marianne-Melgard

Publié le 24-08-2019 dans Post cast journal