Débriefing de la caravane des bailleurs avec le Ministre de la Santé du Bénin

Le vendredi 2 juin 2017, la caravane des bailleurs du Partenariat de Ouagadougou (PO) a rencontré Dr Seidou Alassane, Ministre de la Santé, à la fin de son séjour au Bénin. L’objectif de cette rencontre était de faire le point avec le Ministre après trois journées de travail. L’ambassadeur des Pays Bas près le Bénin était également présent à ce débriefing.

La séance a commencé avec une présentation des objectifs de la caravane et des activités menées pendant les 3 jours passés au Bénin, par Dr. Gaston Ahounou, Chef service planification familiale et santé des adolescents et jeunes au Ministère de la santé.

Ce fut ensuite le tour de Margot Fahnestock de la Fondation Hewlett, porte-parole des bailleurs, d’expliquer le contexte de la caravane, de rappeler les différentes visites effectuées, et de situer l’étape du Bénin dans le cadre de la phase d’accélération du PO. Elle a félicité le Ministre pour les efforts faits par le Bénin en ce qui concerne l’évolution de son taux de prévalence contraceptive (TPC). Selon elle, une augmentation de 1% par an est quelque chose à souligner et 20% de TPC d’ici 2020 est un objectif réaliste vu la tendance actuelle.

Madame Fahnestock a ensuite passé la parole à Dr Marius de Jong, Premier Secrétaire/Conseiller Santé à l’Ambassade des Pays Bas et membre de la caravane, pour faire quelques observations et recommandations.

Dr de Jong a félicité le gouvernement béninois pour l’intégration du dividende démographique dans le Programme d’Action du Gouvernement (PAG). Il a cependant souligné que la planification familiale qui est une condition sine qua non du dividende démographique n’est pas explicitement mentionnée dans le PAG.

Il a aussi noté que la planification familiale au Bénin est essentiellement le fait des organisations de la société civile et des partenaires techniques et financiers. Il a donc plaidé pour une augmentation de la participation du gouvernement afin d’accélérer et de pérenniser les acquis de la PF. Un accroissement de la ligne budgétaire allouée à la PF a été recommandé.

Dr de Jong a loué l’engagement des leaders religieux pour la PF au Bénin et a présenté cet engagement comme un exemple à partager dans les autres pays du PO.

De gauche à droite: SEM Henricus Johannes Josef Van Dik Ambassadeur des Pays Bas et Dr. Marius de Jong, le Premier Secrétaire/Conseiller Santé des Pays Bas

Il a terminé ses propos en notant le dynamisme de la jeunesse béninoise. Il a rappelé leur plaidoyer pour la gratuité des services de PF pour les adolescents et les jeunes et a demandé que le gouvernement oeuvre pour que les décrets qui rendent cette gratuité effective, deviennent une réalité. Les jeunes doivent être des co-responsables des actions menées selon lui, par exemple pour les grossesses non désirées en milieu scolaire.

Madame Margot Fahnestock a repris la parole pour demander que les besoins en contraception des femmes qui ont exprimé une volonté d’avoir un nombre limité d’enfants soient satisfaits, car cela représente une opportunité pour accroître le nombre d’utilisatrices additionnelles.

Elle a également plaidé pour la résolution de la situation de rupture de stock au niveau communautaire alors qu’il a surstock au niveau national.

Enfin, elle a appelé à plus de coordination entre bailleurs mais également avec les autres initiatives nationales et un alignement des actions avec le Plan d’Action National Budgétisé (PANB).

Le Représentant Résident de UNFPA au Bénin, Dr Koudaogo Ouedraogo, est également revenu sur la question de rupture de stocks. Selon lui, s’il y a rupture de stocks au niveau des districts alors que les produits sont réexportés du Bénin vers d’autres pays, il y a un problème. Il préconise donc d’alimenter le « dernier kilomètre » avec la stratégie du Informed Push Model.

Madame Fatimata Sy, Directrice de l’Unité de Coordination du PO (UCPO), a rappelé l’objectif de 2,2 millions d’utilisatrices additionnelles de méthodes contraceptives modernes pendant la phase d’accélération du PO. Compte tenu du principe de redevabilité envers les 8 autres pays, le Bénin doit accélérer pour atteindre sa contribution dans l’objectif régional d’ici 2020.

Madame Sy a également plaidé pour que plus soit fait pour la délégation des tâches et la multisectorialité, et a invité le Bénin à renouveler ses engagements lors de la conférence de Londres qui se tiendra en juillet 2017.

L’Ambassadeur des Pays Bas, SEM Henricus Johannes Josef Van Dik, a quant à lui rappeler que les bailleurs avaient augmenté leur budget au Bénin pour la santé reproductive et la planification familiale. S’adressant directement au Ministre, l’ambassadeur a dit :

« Il y a un long chemin à parcourir et on a besoin de votre leadership c’est mon plaidoyer. Les PTFs sont prêts à assister la DSME pour un renforcement de capacités mais il faut le leadership. »

Pour le Ministre de la Santé, la PF est d’importance capitale. Selon lui, « tant que nous n’allons pas contrôler la démographie, nous ne pourrons affronter tous nos problèmes. Il faut limiter les problèmes et nous devons combattre l’ignorance en sensibilisant et en informant. » Il a prôné la mise en synergie et exhorté tout le monde à s’impliquer pour réussir.

Dr Seidou Alassane, Ministre de la Santé du Bénin

Pour le Ministre, il faut régler le problème de la disponibilité des produits. Pour terminer, il a dit :

« Nous allons nous engager pour que les produits soient disponibles. Nous pensons que nous pouvons et devons faire mieux. Les partenaires font beaucoup mais ils ne pourront pas continuer indéfiniment. Nous devons nous prendre en charge. Il faut contrôler notre population. Lorsque vous avez 3 personnes à charge, c’est mieux que 20. »

Staff Writer