Des jeunes formés sur les Violences Basées sur le Genre à Kédougou

En partenariat avec le Conseil Régional de la Jeunesse (CRJ) de Kédougou, l’UNFPA vient d’organiser une session de formation d’une quarantaine de jeunes et adolescents de la région de Kédougou sur les violences basées sur le genre et la santé de la reproduction.

La situation de la région de Kédougou en matière de santé de la reproduction inquiète les acteurs de la santé.

Par rapport aux Infections Sexuellement Transmissibles (IST) dans la région de Kédougou, le taux de prévalence est très élevé. Le nombre de grossesses non désirées est aussi très élevé. Près de 75 à 80 % des consultations chez les adolescentes concernent des cas de grossesses. Nous avons des cas de grossesses à 12 ans voire 13 ans. C’est inquiétant. Entre 2018 et 2019, 70% des décès maternels enregistrés dans la région de Kédougou concernent les adolescentes de la tranche 14-24 ans. Cette situation est très inquiétante, a confié Mme Dembélé née Fatou Traoré, Coordonnatrice SR à la région médicale de Kédougou.

La sexualité est de plus en plus banalisée chez les adolescents et jeunes. Les technologies de l’information et de la communication sont sur le banc des accusés.

C’est une surinformation qui fait que des fois les jeunes sont éveillés à tel point qu’ils ont envie de tout découvrir, de toucher à tout sans tenir compte des méfaits. Les effets négatifs d’internet s’accentuent sur la jeunesse. Aujourd’hui la sexualité est devenue une question banale, s’est offusqué M Ousmane Mamadou Soumaré, le Président du Conseil Régional de la Jeunesse (CRJ) de Kédougou.

Raison nécessaire et suffisante pour que l’UNFPA apporte son accompagnement aux adolescents et jeunes de la région de Kédougou à travers le conseil régional de la jeunesse.

C’est pourquoi nous avons prévu de faire cette formation pour impliquer les jeunes. L’objectif de cette formation c’est de vous orienter, vous donner assez de connaissances sur les grossesses précoces, sur les IST, sur les violences basées sur le genre. Nous sommes engagés parce que vous êtes nos sœurs, nos frères. Notre, c’est de vous guider, de vous orienter sur le droit chemin, a précisé Mme Dembélé née Fatou Traoré, Coordonnatrice SR à la région médicale de Kédougou.

L’accent est mis sur l’éducation par les pairs avec une bonne implication des sectoriels.

L’UNFPA a eu l’idée de travailler avec l’ensemble des sectoriels qui contribuent à relever les indicateurs au niveau du ministère de la santé. La santé sexuelle et reproductive est un sujet tabou. Nous les jeunes, sommes les plus exposés et les plus vulnérables. L’idée du Ministère de la jeunesse est de prôner l’éducation par les pairs. Cette éducation par les pairs a apporté énormément de résultats, a laissé entendre M Cheikh Guèye, Directeur du CDEPS, par ailleurs Coordonnateur du Centre Conseil Ado de Kédougou.

Cet atelier de renforcement de capacités des ados et jeunes est organisé suivant une vision claire de l’UNFPA.

Cette session de formation est éminemment importante d’autant plus que les jeunes constituent un pilier important dans ce que l’UNFPA cherche à réaliser. La vision de l’UNFPA c’est de créer un monde où chaque grossesse est désirée, chaque accouchement est sans danger. Mais le potentiel de chaque jeune est réalisé. On ne peut pas réaliser le potentiel des jeunes si ces derniers ne sont pas en bonne santé, a dit M Mamadou Ndiaye, le Représentant de l’UNFPA

Le voile sera levé sur toutes les question-tabou pour une meilleure préparation des activités de terrain

Vous aurez toutes les informations pour permettre à d’autres jeunes qui ne sont pas là d’avoir l’information juste et vraie. C’est une question très sensible mais il n’y a pas de tabou au centre conseil, a averti M Cheikh Guèye, Directeur du CDEPS, par ailleurs Coordonnateur du Centre Conseil Ado de Kédougou

Les bénéficiaires de cette session ne renforcement de capacités ont intérêt à y accorder beaucoup d’attention. Le conseil régional de la jeunesse mise sur eux pour une bonne démultiplication des contenus de cette formation dans les différentes localités de la région de Kédougou. ….

Ils seront des relais, des leviers sur lesquels nous allons nous appuyer pour la suite des programmes. Nous avons prévu des caravanes dans les trois départements. Nous avons également prévu d’organiser une grande activité, la journée internationale de ka jeune fille. Ce sont ces jeunes qui ont été formés qui se chargeront de dérouler les activités prévues à cet effet, a ajouté M Ousmane Mamadou Soumaré, le Président du Conseil Régional de la Jeunesse (CRJ) de Kédougou.

Adama Diaby
Publie le 16-08-2020 dans Xibaaru