Dividende démographique: Une rencontre de haut niveau attendue à Dakar

En prélude à la rencontre de haut niveau sur le dividende démographique et d’autonomisation des femmes et des filles, une session d’information a été tenue à l’intention des journalistes. Cette rencontre qui se tiendra du 12 au 13 novembre prochain, permettra de créer un espace d’échanges sur la question de l’autonomisation des femmes, en lien avec le dividende démographique et partager les leçons apprises en matière de genre et d’autonomisation des femmes et des filles dans le cadre des politiques nationales.  

 Bien qu’elles soient reconnues une force démographique sociale et économique indispensable pour le développement de l’Afrique et la réalisation des objectifs de développement durable, les femmes font face à divers obstacles pour leur survie, dont les plus importants sont l’accès aux services sociaux de base (éducation et santé) et l’accès aux opportunités d’emploi. A cause de ces inégalités, elles restent confinées dans des activités modestes à rendement faible et opèrent majoritairement dans l’économie informelle. Or, les études démographiques et de santé ont montré que l’éducation d’une femme est un facteur clé pour la survie de ses enfants au cours de leurs cinq premières années de vie. Les chances de survie d’un enfant augmentant encore davantage quand sa mère est dotée d’une éducation secondaire ou supérieure. De même, concernant les filles, il est démontré que l’éducation en particulier au niveau secondaire contribue à retarder l’âge au mariage et de la première grossesse, contribuant ainsi à la baisse de la fécondité et à la transition démographique. Fort de ce constat, les acteurs pour l’équité et l’égalité du genre comptent résorber ce gap. C’est dans cette optique qu’une rencontre de haut niveau sur dividende démographique et autonomisation des femmes et des files se tiendra à Dakar du 12 au 13 novembre.

Selon la Directrice de l’équité et l’égalité du genre, Absa Wade Ngom, l’enjeu pour les pays est de maitriser l’évolution du statut de la femme et de la capture du dividende démographique afin d’optimiser leur potentiel économique et social, gage d’un impact positif et d’un développement durable et inclusif. « Cependant, l’accélération de la croissance économique qui peut résulter de la maitrise de cette croissance démographique, ne saurait se réaliser que si des investissements importants sont effectués, entre autres dans les domaines de l’autonomisation économique des femmes, de l’éducation des filles, de la santé maternelle et de la planification  familiale », soutient Mme Ngom. A l’en croire, cette rencontre permettra de créer un espace d’échanges sur la question de l’autonomisation des femmes, en lien avec le dividende démographique et de partager les leçons apprises en matière de genre et d’autonomisation des femmes et des filles dans le cadre des politiques nationales. «Il s’agira de permettre aux décideurs nationaux de partager leurs expériences en matière d’autonomisation économique des femmes et des filles dans le cadre de leurs politiques et programmes de développement, et les initiatives en cours telles que le projet SWEDD et sa mise en œuvre dans leurs pays respectifs», dit-elle. Cette rencontre verra la participation de la commission africaine, l’ONU femmes, l’OIM, le corps diplomatique, les  organisations de femmes, les religieux, les parlementaires, les jeunes, le secteur privé, les leaders coutumiers, entre autres.

Ngoya NDIAYE

Publié le 07-11-2018 dans rewmi