Documentation et partage des bonnes pratiques en santé mère-enfant : l’OOAS renforce les capacités des acteurs nationaux

Renforcer les capacités des acteurs nationaux en matière de documentation et de partage des bonnes pratiques en santé  mère-enfant, c’est l’objectif général d’un atelier organisé par l’Organisation Ouest-Africaine de la santé (OOAS), en collaboration avec la direction nationale de la santé, l’USAID et KFW. C’était le lundi 18 mai 2015 au Grand hôtel de Bamako.

En prélude au premier Forum qui se tiendra du 29 au 31 juillet 2015 à Ouagadougou au Burkina Faso, l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), en collaboration avec ses partenaires, a organisé cet atelier de deux jours. L’objectif général est de renforcer les capacités des acteurs nationaux en matière de santé de la mère et de l’enfant. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le directeur national de la santé par intérim, Bokoba DIARRA, en présence de la représentante de l’OOAS, Ado Aïssa BOUWAYE et celle de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Tessougué Fatoumata CISSE.

Pour ce premier Forum que la CEDEAO, à travers l’Organisation Ouest-Africaine de la Santé, organisera à Ouagadougou, 9 pays ont été retenus pour bénéficier chacun de l’organisation d’un atelier national de dissémination des outils méthodologiques de documentation des bonnes pratiques en santé. En plus de l’atelier national de dissémination, l’occasion sera saisie pour documenter quelques pratiques essentielles identifiées par les groupes de travail thématiques. Il s’agit des pratiques dont l’unanimité est faite sur leur efficacité et leur efficience dans la mise en œuvre des programmes de santé de la reproduction et de planification familiale.

Pour le directeur national de la santé par intérim, Bokoba DIARRA, cet atelier vient à point nommé, car il  constitue la réponse à une des étapes-revue suite à l’atelier sur les meilleures pratiques en santé de la mère et de l’enfant, tenu en 2014. Selon lui, la capitalisation de ces bonnes pratiques pour améliorer l’état de santé de la population est un premier objectif ; le second étant le partage de ces bonnes pratiques avec les autres pays membres de l’Organisation Ouest-Africaine de la Santé.

La représentante de l’Organisation Ouest-Africaine de la Santé (OOAS),  Ado Aïssa BOUWAYE et celle de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS),  Tessougué Fatoumata CISSE, ont toutes deux félicité la tenue de cet atelier et ont assuré leur accompagnement aux initiateurs dudit atelier.

Pendant deux jours, les participants, venus de Bamako et des régions, vont se familiariser avec les outils méthodologiques mis au point par l’Organisation Ouest-Africaine de la Santé.

Diango COULIBALY

MaliActu.net