Espacement des naissances : Des religieux s’engagent à sensibiliser les communautés

L’espacement des naissances n’est pas interdit par l’islam. C’est pourquoi des leaders religieux « se sont engagés à sensibiliser les communautés », indique Serigne Saliou Mbacké, président du Cadre des religieux pour la santé et le développement (CRSD). Une entité mise en place en 2014 pour« promouvoir la coopération entre les familles religieuses ».

Le Cadre des Religieux pour la Santé et le Développement (CRSD) peut être un allié majeur dans la lutte contre la mortalité maternelle au Sénégal et la promotion de la planification familiale par l’espacement des naissances. Selon son président Serigne Saliou Mbacké, c’est une « association interreligieuse regroupant l’ensemble des familles religieuses, aussi bien islamiques que de l’église catholique ».

Créée en 2014, la mission du CRSD est de « promouvoir la coopération entre les familles religieuses ». « Nous travaillons sur un projet de contribution religieuse à la planification familiale sous l’angle de l’espacement des naissances prévu par les religions », explicite M. Mbacké, rappelant que « le Sénégal, comparé à beaucoup de pays à majorité musulmane, a un Taux de prévalence contraceptive (TPC) bas ». Il est de 20,1%, selon l’Enquête démographique et de santé (EDS) de 2015.

Pour Khaoussou Bousso, résidant au quartier Boussobé de Mbacké, par ailleurs représentant du CRSD dans cette localité, les gens ont, pendant longtemps, assimilé la planification familiale à la limitation des naissances. « Ils ignoraient l’espacement des naissances et la lutte contre la mortalité maternelle », avance-t-il, rappelant que « l’islam a toujours préconisé un espacement des naissances d’au moins 2 ans à travers l’allaitement maternel ».

Dans le cadre de leurs activités, le CRSD a tenu récemment à Mbacké un atelier qui a regroupé plusieurs leaders religieux, renseigne Serigne Saliou Mbacké. Cette rencontre, ayant connu un franc succès, les leaders religieux présents « se sont engagés à sensibiliser les communautés sur l’acceptation de l’islam de l’espacement des naissances », informe-t-il, précisant qu’ils vont continuer à travailler pour augmenter le TPC au Sénégal. Réaffirmant que l’espacement des naissances n’est pas interdit par l’islam, le Crsd compte aussi, selon son président, « travailler avec les médias pour booster le TPC ».

Evoquant les réticences de certains religieux sur la planification familiale, M. Mbacké, souligne que le CRSD n’a pas connu d’opposition de façon directe. « Mais, nous savons qu’il y a des gens qui sont contre. Ce faisant, nous essayons de nous concentrer sur l’argumentaire religieux », indique-t-il.

Le soleil