Fin de la Rencontre Régionale de l’UNFPA à Lomé sur l’accès universel de Santé Sexuelle et de Reproduction

La cinquantaine de médecins qui avaient pris part à la rencontre régionale d’échange et de partage d’expérience sur l’accès universel de santé sexuelle et de reproduction de santé maternelle et de planification basés sur les droits humains depuis le mercredi  dernier à Lomé, ont reçu ce vendredi leurs attestations.

Cette rencontre régionale a été organisée par le bureau régional Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

Durant trois (3) jours les participants venus de quatorze (14) pays d’Afrique de l’ouest et du centre, ont eu à  échanger sur la question de l’insuffisance de sages-femmes qualifiés, des ressources financières limitées, de la faible capacité des gestionnaires de programmes de santé et des prestations de services à fournir et coordonner des services intégrés de planification familiale et de santé maternelle, de la faiblesse de la chaîne d’approvisionnement en contraceptifs et médicaments d’urgence pour sauver la vie de la mère et de l’enfant,  et de la faiblesse des systèmes de santé.

« Les représentants de ces quatorze pays ont présenté dans un premier temps les faits sur la question quels sont les indicateurs, qu’est-ce qui fait ensuite où l’on est par rapport à cette situation, et chaque personne présente ici  s’est engagée  par apport à l’accès universel, à la planification familial enfin qu’il y est une meilleure santé maternelle et néonatale», a déclaré le conseiller régional  de l’UNFPA, Idrissa OUEDRAOGO.

Plusieurs recommandations sont sorties de cette rencontre. Il s’agit  entre autres de faire le suivi de l’harmonisation des procédures de calcul de la part des budgets des Etats,  alloués à la santé, de renforcer les capacités de tous les acteurs à tous les niveaux pour l’intégration des questions de services de santé et des droits de l’homme, de suivre la mise en œuvre de la stratégie d’intégration au niveau régional, mener le plaidoyer pour inciter les pays n’ayant adopté de loi sur la sexualité reproductive de le faire et renforcer les capacités de la société civile et la mettre à contribution pour la mise en œuvre des programmes intégrés de la  santé sexuelle et de reproduction de santé maternelle et de planification basés sur les droits humains.

Pour rappel,  l’objectif de cette rencontre régionale est d’améliorer la santé et d’assurer le bien-être aux populations les plus vulnérables que constituent les femmes et les enfants.

Elisabeth S.

Togosite.com