Guinée: Ce 11 octobre, la Journée internationale de la jeune fille célébrée à Mamou

A l’occasion de la Journée internationale de la jeune fille célébrée, vendredi 11 octobre 2019, la ministre guinéenne de l’Action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance, Mme Mariama Sylla, a fait une déclaration. Elle a rappelé que la communauté internationale célèbre le 8ème anniversaire de l’adoption par l’Assemblée générale des Nations Unies, de la Résolution 66/170 consacrant la Journée Internationale de la Jeune Fille.

Selon elle, cette célébration sera organisée autour du thème « Les Filles: Une force libre et inarrêtable ! ». Cet événement vécu à travers le monde entier depuis 2012 offre l’opportunité d’attirer l’attention des décideurs à tous les niveaux sur la nécessité de conforter la situation des filles.

« Aussi, la Communauté Internationale considère ce 11 Octobre 2019 comme un tremplin vers le Sommet des Chefs d’Etats à Nairobi sur la Conférence Internationale sur la Population et le Développement +25 (CIPD+25), où les Gouvernements prendront des engagements pour une meilleure protection des droits fondamentaux des filles. Conformément à ces engagements qui s’inscrivent dans la dynamique de promotion des enfants et des adolescentes, la République de Guinée se joint à tous les Etats membres pour soutenir toutes initiatives concourants au renforcement des capacités des jeunes filles en vue de les habiliter une personnalité accomplie par le biais de l’instruction et l’éducation adéquate, de santé, d’autonomisation et de protection sociale, notamment contre les différentes formes de violences, telles que le viol, les Mutilations Génitales Féminines, le mariage précoce et d’autres abus physiques et psychologiques », indique-t-elle.

Mme Marima Sylla reconnait qu’en Guinée, certes d’immenses efforts ont été déployés par le gouvernement avec l’appui de ses partenaires au développement, en termes d’adoption de législations, de politiques et de stratégies, ainsi que de développement de programmes et projets spécifiques aux femmes et aux jeunes filles, mais nombreuses d’entre elles sont encore désavantagées en raison de la pauvreté des familles et de la persistance des préjugés socioculturels. Les filles vivant en milieu rural et celles porteuses d’handicap en particulier, en raison de leur invisibilité, continuent de subir davantage de pires formes de violences, y compris les mariages précoces et forcés.

« Dans le contexte National, la cérémonie officielle de célébration de la Journée Internationale sera abritée par Mamou où les décideurs, les acteurs de la Société Civile, les partenaires au développement et les populations des localités de la région seront réunis en communion pour passer des messages de sensibilisation en faveur des jeunes filles. De nombreuses structures de jeunes filles, notamment le club des jeunes filles leaders de Guinée, le conseil consultatif des enfants et jeunes de Guinée, l’organisation de secours aux personnes handicapées de Guinée apporteront leurs contributions dans la perspective de ne laisser personne pour compte », déclare la ministre de l’Action sociale.

Lisa Bangoura

Publié le 10-10-2019 dans ziama