Hausse des cas de grossesses non désirées

L’Agence Directrice des Nations Unies en charge des questions de santé sexuelle et reproductive (UNFPA), annonce que 47 millions de femmes risquent de ne plus avoir accès à la contraception dans les mois à venir. C’est pourquoi l’accès aux services de santé et de nutrition est plus que jamais menacé pour les femmes et les jeunes surtout en cette période de la COVID-19.

Ces répercussions sur la planification familiale et la santé de la reproduction dans certains pays, peuvent découler dans les chaines d’approvisionnement en produits contraceptifs, de la fermeture des services et de la crainte du public de se rendre dans des structures sanitaires, a fait savoir, la Présidente du Réseau Siggil Jigueen, Safiétou Diop.

De ce fait, le Réseau Siggil Jigueen a recommandé à l’Etat du Sénégal de garantir un plein accès aux informations, services et produits en matière de soins de santé sexuelle et reproductive pour tous les adolescents et jeunes sans discrimination, en accordant une attention particulière aux jeunes en situation de handicap ou vivant dans des zones reculées, de renforcer le sentiment d’autonomisation et d’efficacité en promouvant les soins auto-administrés positifs pour la planification familiale, notamment en promouvant les méthodes de soin administrées précise Seneweb

Publié le 28-08-2020 dans SeneNews