ACTUALITÉS

Articles

Hayathe Ayeva, Membre du Conseil Consultatif du PO

Sans titre (7)

Dans l’entretien qu’elle a accordé au « Partenariat », pour la newsletter de la 11ème Réunion Annuelle, Hayathe Ayeva, Membre du Conseil Consultatif du PO, explique le sens de son engagement dans son pays, en Afrique de l’Ouest et ailleurs dans le monde.

La force qui me pousse à agir est interne, et l’accomplissement de la tâche, de la cause noble que je défends me procure satisfaction », confie-t-elle. Au sein de ce conseil consultatif et aux côtés de ses aînés, Hayathe Ayeva promet de « porter haut la voix des jeunes, leurs recommandations et plaidoyer pour l’amélioration et leur accès facile à des services de santé sexuelle et reproductive.

Comment appréciez-vous votre nomination comme membre du Conseil Consultatif du PO ?

Cette nomination est la bienvenue. Elle est le fruit de mon engagement en faveur de la santé des adolescents et jeunes, de la mère et de l’enfant ainsi que de mon volontariat depuis une dizaine d’années au sein des associations qui militent en faveur de la santé de reproduction dans mon pays, le Togo. C’est également une occasion sans précédente pour plaider pour que les mécanismes de financement puissent améliorer les conditions sanitaires, la recherche scientifique locale afin de proposer des solutions adaptées en matière de santé prenant en compte les conditions de bénéficiaires. La force qui me pousse à agir est interne, et l’accomplissement de la tâche, de la cause noble que je défends me procure satisfaction.

Qu’est-ce qui, dans votre parcours, explique le choix porté sur vous pour être membre de ce comité ?

L’information est capitale en santé de la reproduction ; c’est pourquoi, j’encourage vivement les acteurs à donner des informations claires et de qualité en matière de sexualité. Par exemple, quand un jeune a la bonne information sur sa sexualité et les différents moyens de contraception, il prend conscience de ses actes et ne vit plus sa sexualité par ignorance.

Je ne saurai moi-même l’expliquer car je ne suis pas la seule qui mène ce combat acharné et ardent dans la sous-région voire dans le monde mais en quatre mots je dirai que c’est le leadership exemplaire, les actions impactantes, l’abnégation et la motivation qui m’ont conduit à siéger dans ce Conseil. Ce que je peux aussi dire, c’est que je suis polyvalente et je m’adapte à toutes les situations. Ce que je fais dans mon pays et l’impact des actions sur la vie des jeunes, l’amour, l’engagement et toute l’énergie que je donne dans la réalisation de mes activités. Toute cette panoplie d’efforts a peut-être poussé l’Unité de coordination du Partenariat de Ouagadougou (UCPO) à porter le choix sur ma modeste personne et j’en suis reconnaissante. Je tiens donc à dire un sincère merci à l’UCPO pour la confiance placée en moi.

Vous êtes la représentante des jeunes dans ce comité, quels seront vos priorités pour faire avancer en son sein l’agenda des jeunes et adolescents des pays du PO ?

Pour faire avancer l’agenda des jeunes et adolescents des pays du PO l’une des choses pour moi sera non seulement d’être aux côtés des aînées pour conseiller la Directrice et toute son équipe mais aussi, je me chargerai de porter haut la voix des jeunes, leurs recommandations et plaidoyer pour l’amélioration et leur accès facile à des services de santé sexuelle et reproductive auprès de l’UCPO, tout en faisant le suivi concret des perspectives des jeunes mentionnées dans la stratégie de l’UCPO.

De quelle manière, selon vous, un large accès des jeunes et adolescents à l’information et aux services de PF contribue au développement socio-économique des pays membres du PO ?

L’information est capitale en santé de reproduction ; c’est pourquoi, j’encourage vivement les acteurs à donner des informations claires et de qualité en matière de sexualité. Par exemple, quand un jeune à la bonne information sur sa sexualité et les différents moyens de contraception, il prend conscience de ses actes et ne vit plus sa sexualité par ignorance. Il est en mesure de conseiller ses pairs, de vivre une sexualité responsable. Lorsque les jeunes ont connaissance de tout cela et ont un accès facile aux services de PF, cela leur permet de réduire les grossesses non désirées, les violences basées sur le genre (VBG), les avortements clandestins et, de surcroît, de se concentrer sur l’édification de leur avenir. Tout cela contribue non seulement au développement socioéconomique de leur pays mais aussi à leur total épanouissement pour un monde meilleur et une bonne stratégie pour les gouvernements de contrôler le chômage, de s’organiser pour la construction des infrastructures sociales (hôpitaux, écoles, etc…).

Que faites-vous pour que les jeunes et ados des pays du PO soient le groupe qui pèsera dans les débats et les résolutions qui seront prises à la 11ème RAPO à Niamey ?

Les jeunes sont impliqués effectivement dans la planification de la RAPO. Les Youth lead ne ménagent aucun effort en travaillant en étroite collaboration avec les points focaux jeunes pays et les jeunes qui seront présents. Nous voulons être entendus au cours de cette réunion annuelle. Au cours de la RAPO, nous avons une journée spéciale, une opportunité où nous pouvons proposer des actions concrètes tout en espérant le soutien des partenaires techniques et financiers.

Partager cet article

Partager sur twitter
Partager
Partager sur facebook
Partager

NEWSLETTER

Soyez informé des dernières actualités.

Inscrivez-vous !

Recevez toutes les actualités du PO directement dans votre boîte e-mail.