Héroïsation de la Guinée par l’UCPO pour ses progrès dans le secteur de la planification familiale

Considérée comme l’une des interventions les moins chères, rentables et ayant un impact durable sur la santé des populations surtout celle des femmes, la planification familiale est un instrument de développement économique et social garantissant l’autonomie et le bien-être des femmes et des enfants.

Selon l’Enquête Démographique de Santé 2018, la prévalence contraceptive de 1992 à 2012 variait entre les chiffres de 3%, 6% et 5%. De 2012 à 2018 la prévalence contraceptive moderne a augmenté de façon significative est passée de 5 % en 2012 à 11 % en 2018.

Passer d’un chiffre de 5% à deux chiffres de 11% de taux d’utilisation de méthodes contraceptives modernes est le fruit d’un engagement national du gouvernement, de la société civile et des partenaires au développement à une adhésion au mouvement du Partenariat de Ouagadougou né de la conférence de Ouagadougou en février 2011 dans le cadre du repositionnement de la planification familiale pour faciliter la capture du dividende démographique.

En termes de reconnaissance des efforts accomplis, l’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou a rendu visite aux organisations de la société civile ce mardi 8 octobre au siège de Fraternité Médicale de Guinée pour féliciter tous les acteurs de la société civile guinéenne de leur engagement et des résultats obtenus. Madame la Directrice de l’UCPO a remercié le travail effectué par la Coalition Nationale des Organisations de la Société Civile pour la PF dans l’élaboration du Plan d’Action National Budgétisé (PANB) ; le financement des produits contraceptifs à hauteur de 13 milliards de GNF ; l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie de santé de booster les indicateurs de santé y compris ceux de la planification familiale.

Défis et Leviers

L’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou a écouté les acteurs de la société civile qui ont évoqués les défis et leviers auxquels la Guinée doit faire face pour maintenir le chiffre de 11% de prévalence contraceptive et de passer de 11% à 17% d’ici 2023.

Madame la Présidente de la Coalition Nationale des OSC/PF a de même félicité son organisation de l’obtention d’une crédibilité opérationnelle permettant à la Coalition de se positionner au niveau national conduisant à une adhésion massive de plusieurs organisations surtout le Groupe des religieux et devenant le partenaire privilégié du Ministère de la Santé. L’introduction de planification familiale dans les activités des OSC de développement adhérente à la Coalition.

Comme défis, les acteurs de la société civile ont cité de:
  • Doter les jeunes de compétences pour le suivi des engagements, programmes et projets dans le secteur de la planification familiale ;
  • Renforcer les capacités opérationnelles de la Coordination de la Coalition Nationale des Organisations de la société à mieux coordonner les activités de la Société Civile ;
  • Renforcer la capacité des organisations dans le marketing social et la mobilisation des ressources ;
  • Former les journalistes surtout en langue nationale pour promouvoir la PF ;
  • Sensibiliser les veuves vivant avec le VIH aux méthodes contraceptives.
A la marge des défis cités, des leviers d’action ont été cités dont :
  • Implication des médias dans la promotion de la planification familiale
  • Favoriser le transfert de compétences entre les ONG internationales et les ONG locales
  • Renforcement de la capacité des ONG dans le suivi et le contrôle de l’action civile
  • Inclusion des personnes vivant avec un handicap dans les programmes de planification familiale ;
  • Intégration des services pour une bonne utilisation des ressources.

Dounouwa

Publié le 08-10-2019 dans dounouwa