INSPiRE, une initiative pour réduire la mortalité maternelle et infantile

La ministre de la Santé, Pr Léonie Claudine Lougué, a procédé au lancement officiel des interventions du Hub francophone pour la planification familiale, les soins essentiels du nouveau-né et la nutrition, dénommé INSPiRE. C’était ce mardi 28 mai 2019 au Centre médical avec antenne chirurgicale de Pô, dans la province du Nahouri, région du Centre-Sud.

La mortalité maternelle et infantile demeure une préoccupation pour les pays de l’Afrique de l’Ouest. En effet, le taux de mortalité maternelle dépasse 400/100 000 naissances vivantes, celle néonatale est au-delà des 27/1 000 et la mortalité infantile dépasse les 40/1 000, selon les chiffres de l’OMS et de l’UNICEF. Des décès maternels et infantiles qui peuvent pourtant être évités grâce à un ensemble de services intégrés offerts pendant la grossesse, après la grossesse et au début de la petite enfance.

L’initiative INSPiRE (Intégration nutrition, soins essentiels au nouveau-né et planification familiale post-partum/santé reproductive) est donc née de cette volonté d’intégrer l’ensemble des soins au profit du couple mère-enfant. Elle est portée par Intrahealth International avec ses partenaires Helen Keller International, Programm for appropriat technology in health (PATH) et l’Institut de recherche en science de la santé (IRSS). L’initiative est financée par la Fondation Bill & Melinda Gates.

Cette initiative sera mise en œuvre dans les neuf pays du Partenariat de Ouagadougou que sont le Bénin, le Burkina, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo, avec un focus sur le Burkina, la Côte d’Ivoire et le Niger.

Au Burkina Faso, INSPiRE est portée par le Groupe technique de travail sur l’intégration des services de santé de planification familiale du post-partum, santé maternelle et infantile et la nutrition. Ce groupe est composé d’acteurs majeurs de la santé, notamment des partenaires techniques et financiers, d’ONG, d’OSC, de sociétés savantes, etc.

À travers l’initiative INSPiRE, il s’agira, pour les pays, de prévenir les décès maternels et infantiles évitables, d’améliorer la nutrition maternelle et les pratiques d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant et d’améliorer la santé, la nutrition et le bien-être des nouveau-nés et des nourrissons. « INSPiRE vise à réduire la mortalité maternelle et néonatale en profitant de toutes les occasions où la mère et son enfant se présentent dans un centre de santé pour voir quels sont leurs besoins et y répondre », explique Marguerite Ndour, directrice régionale de INSPiRE.

La ministre de la Santé, Pr Léonie Claudine Lougué, a, pour sa part, souligné que l’intégration des soins fait gagner en temps, en ressources humaines et financières, en efficacité technique et en efficience. « La santé maternelle et la nutrition sont des effets importants au niveau de l’axe 2 du PNDES. Voir aujourd’hui une initiative qui intègre ces deux effets – l’amélioration de la nutrition pour améliorer le taux de mortalité maternelle et infanto-juvénile et accélérer la condition féminine à travers la planification familiale et à travers d’autres outils – ne peut que réjouir mon département. Cette intégration va permettre de réduire les dépenses physiques, les dépenses en ressources et atteindre très rapidement en efficience », s’est-elle réjouie.

Après un temps d’implémentation dans le district sanitaire de Pô, INSPiRE sera mise à l’échelle dans tous les districts sanitaires du Burkina Faso et dans les autres pays du Partenariat de Ouagadougou.

Justine Bonkoungou

Publié le 29 Mai sur Lefaso.net