ACTUALITÉS

Articles

Interroger le pouvoir : réflexions sur la première année de la stratégie mondiale en matière d’équité reproductive

Sans titre (57)

Cela fait un an que nous mettons en œuvre notre nouvelle stratégie d’équité reproductive mondiale (GRE). Cette nouvelle stratégie représente un changement significatif vers un engagement plus profond dans nos régions de prédilection en Afrique de l’Est et en Afrique de l’Ouest francophone. Nous souhaitons renforcer les écosystèmes nationaux et régionaux d’acteurs complémentaires dans le domaine de la santé et des droits sexuels et reproductifs afin de mieux servir toutes les femmes et les filles en réalisant leurs aspirations en matière de santé et de vie. Cette année a été une année de communication, de désengagements bien pesés de relations de longue date, et le début de quelques nouveaux partenariats. Mais lorsque nous réfléchissons aux changements que nous avons apportés, qui nous finançons et de quelle manière, l’un des plus grands changements a été le type de questions que nous posons, à la fois à nos partenaires et à nous-mêmes. Nous marchons aux côtés d’un grand nombre de nos partenaires bénéficiaires et de nos pairs investisseurs alors que nous nous interrogeons tous sur le rôle du pouvoir dans notre travail et que nous nous mettons au défi de penser, de financer et de travailler de manière plus équitable et plus juste. Nous aimerions partager avec vous certaines des nouvelles questions que nous posons dans l’espoir qu’elles nous éclairent sur la stratégie et sur ce que nous avons appris jusqu’à présent.

Une conviction centrale de la stratégie du GRE est que les écosystèmes DSSR nationaux et régionaux seront mieux à même de répondre aux besoins de toutes les femmes et filles si la prise de décision, les ressources et les possibilités de collaboration sont plus proches des personnes desservies et touchées. Cela nous amène à une question importante mais très compliquée :

Comment penser et financer de manière à transférer les ressources, la voix et d’autres manifestations de pouvoir entre les mains des organisations dans les écosystèmes DSSR régionaux de l’Afrique de l’Est et de l’Ouest francophone ?  

Comme beaucoup sur le terrain, nous explorons les multiples façons dont le pouvoir s’exerce au sein des organisations et entre elles. Plus nous nous interrogeons sur ce à quoi ressemble réellement le pouvoir au sein des organisations et des écosystèmes, plus cela devient complexe. Pour une ONGI partenaire recevant des fonds pour son programme régional francophone d’Afrique de l’Ouest, par exemple, des critères simples comme le statut fiscal ou le pays d’origine du personnel ne révèlent pas nécessairement la dynamique du pouvoir. Nous pourrions plutôt poser des questions telles que les raisons pour lesquelles ils enregistrent ou non leurs bureaux nationaux comme des entités locales, ce qui pourrait les rendre éligibles à un financement direct. Ou encore, qui fait partie de leur conseil d’administration ?  Leur programme régional dispose-t-il de leur propre organe consultatif ? Quelle part de notre budget de subvention est consacrée aux salaires du personnel du siège ? Quelle est la marge de manœuvre budgétaire des directeurs de pays ? Que signifie « renforcement des capacités » au sein de leur organisation ?

Avec d’autres partenaires bénéficiaires de subventions, y compris des organisations basées en Afrique qui octroient des subventions à leurs partenaires, nous avons posé des questions sur la structure des subventions, sur la flexibilité et la pluri annualité du financement, sur la manière dont les décisions sont prises concernant la définition d’un programme collectif et l’efficacité organisationnelle, et sur la manière dont elles peuvent intégrer des possibilités de retour d’information pour promouvoir l’apprentissage partagé. Nous espérons que ce type de questions mènera à un dialogue ouvert et à une plus grande confiance entre tous les acteurs, afin que nous puissions développer un sentiment d’appropriation et de responsabilité partagées.

Comment pouvons-nous, en tant que investisseurs, modifier nos pratiques d’octroi de subventions pour permettre des partenariats plus équitables ?

Nous nous posons également des questions essentielles sur les dynamiques de pouvoir indélébiles entre les bailleurs de fonds et les bénéficiaires de nos subventions. Le programme d’équité entre les sexes et de gouvernance a récemment révisé ses modèles de proposition afin de simplifier, de raccourcir et de rationaliser le processus d’octroi de subventions, en espérant réduire la charge de travail des partenaires subventionnés. Nous continuons également à rechercher toutes les possibilités de financement flexible avec des partenaires. La Fondation Hewlett octroie de nombreuses subventions de fonctionnement général, mais dispose également d’un type de subvention unique que nous appelons subventions de programme, qui sont essentiellement un soutien flexible pour un domaine d’intérêt spécifique d’une organisation. Nous accordons davantage de subventions de programme aux bureaux nationaux et régionaux des ONGI, par exemple, afin de garantir qu’ils disposent d’un financement flexible et de la capacité de décider de la priorité à donner à ces ressources essentielles, mais malheureusement rares.

Nous nous demandons également comment nous pouvons utiliser notre voix et notre pouvoir privilégiés en tant qu’organisme de financement établi pour faire avancer le travail de nos partenaires et du terrain. Comment nous voyons-nous collaborer avec les autres ? Où pouvons-nous apporter le plus de valeur ? Où pouvons-nous prendre du recul et faire de la place aux partenaires proches ? Comment pouvons-nous mieux apprendre les uns des autres et exploiter les forces de chacun ? Nous continuerons à faire preuve de transparence sur ce que nous apprenons et à partager notre parcours d’apprentissage sur des blogs, lors de conférences et d’autres événements. Nous pouvons également travailler plus dur pour promouvoir la collaboration entre nous et nos pairs bailleurs de fonds afin de mieux nous aligner et de mieux coordonner notre soutien aux partenaires bénéficiaires et au domaine. Nous sommes des membres actifs et co-dirigeons de nombreux groupes de bailleurs de fonds et espaces d’apprentissage (par exemple, le groupe de bailleurs de fonds Global Safe Abortion Dialogue, Funders for Reproductive Equity, Fenomenal Funds, Gender Funders Colab, et le groupe de travail pré-conférence de l’ICFP Power-Shifting) axés sur les pratiques de financement équitables et d’autres sujets difficiles mais nécessaires avec lesquels nous sommes tous aux prises.

Que faut-il faire pour soutenir l’évolution d’un écosystème afin de faire progresser la santé et les droits sexuels et reproductifs ?

Renforcer les écosystèmes DSSR régionaux en faisant valoir et en promouvant les interactions et les interrelations entre les acteurs est au cœur de notre théorie du changement. Mettre cela en pratique dans notre financement signifie comprendre comment rechercher et soutenir la complémentarité (par opposition à la concurrence pour le pouvoir et les ressources) entre les acteurs de l’écosystème en valorisant les forces et les différences entre les parties prenantes, y compris les partenaires bénéficiaires et les pairs investisseurs. Cela nous a également conduit à nous interroger sur la manière de comprendre et d’évaluer les progrès réalisés dans un écosystème, non pas comme le résultat des contributions individuelles des organisations, mais comme la capacité de l’écosystème, dans son ensemble, à permettre l’autonomie reproductive des femmes et des filles.

Nous sommes également curieux de savoir comment renforcer les voix et le pouvoir des acteurs et des organisations plus proches au sein de ces écosystèmes, tels que les organisations de base et les groupes ayant une profonde compréhension du contexte et des connexions. Cela signifie que nous cherchons à financer un éventail plus diversifié de défenseurs et de mouvements féministes, ainsi que des acteurs travaillant sur les DSSR dans le cadre d’initiatives plus larges en matière de santé et de justice de genre. Nous finançons des efforts visant à rendre les services plus ciblés sur les besoins et les désirs exprimés par les utilisateurs; des chercheurs produisant des preuves qui sont co-créées et au service des défenseurs africains, des mouvements féministes, des décideurs et des responsables politiques; et des campagnes de plaidoyer et d’influence politique basées sur des preuves. Mais des questions subsistent sur la façon d’exploiter les écosystèmes pour favoriser une collaboration approfondie et un sentiment de communauté entre les différents acteurs et si ces efforts conduisent réellement à des écosystèmes plus durables et plus réactifs.

Comment financer différemment pour mieux répondre aux besoins et aux aspirations des femmes et des filles en Afrique de l’Est et de l’Ouest francophone ?

C’est bien sûr la question centrale à laquelle la stratégie mondiale pour l’équité reproductive est censée répondre. Cette stratégie a suscité d’autres questions nouvelles et stimulantes, car elle marque un changement majeur sur qui reçoit des subventions et sur les méthodes de financement de la Fondation Hewlett, en réponse à ce que nous avons appris et à l’évolution du domaine DSSR. Nous voulons être de bons partenaires et mieux travailler ensemble étant donné les dimensions interdépendantes du pouvoir. Nous voulons nous appuyer sur les valeurs de la Fondation Hewlett, encourager les partenariats basés sur la confiance et le respect mutuel, et financer de manière à permettre à nos partenaires d’approfondir des valeurs et des pratiques similaires. Nous apprenons et partageons au fur et à mesure et sommes encouragés par le fait que nous parcourons ce chemin avec nos partenaires – côte à côte – dans les années à venir.

Publié le 06-10-2022 dans Hewlett Foundation

Partager cet article

Partager sur twitter
Partager
Partager sur facebook
Partager

NEWSLETTER

Soyez informé des dernières actualités.

Inscrivez-vous !

Recevez toutes les actualités du PO directement dans votre boîte e-mail.