Les jeunes filles et le planning familial, causes et conséquences d’un phénomène grandissant

Un tour au lycée Blaise Diagne nous permet de voir l’ampleur d’un désastre qui tend vers un anormal accroissement. Le taux de planification familiale s’élève à 36% dont 12 sont des collégiennes et lycéennes. Ainsi, il est ressorti de différentes études et analyses que les jeunes sont confrontés à de réels problèmes en santé de la reproduction. Grossesses précoces, avortements clandestins, infection au VIH, problème de l’accès au services, sont ici tans de maux liés à ce phénomène. Les jeunes, majorité de la totale population sont dans des situations préoccupantes.

Marie Lena Khady Diouf, élève au lycée Blaise Diagne, trouve normal que « si tu es une élève mariée qui désire poursuivre les études, tu peux faire le planning familial mais ce que je trouve inadmissible c’est le fait que des élèves le font sans être mariées ».

Pour Aby Sy, elle est «contre les élèves qui font le planning familial parce que cela revient aux femmes mariées. Si tu es élève, je pense que tu devras t’abstenir de faire des rapports sexuels. Nombreuses sont les lycéennes qui font le planning familial pour le vagabondage ce qui est anormal ».

Quant à Samba Diop, étudiant à l’UCAD, «  le planning familial des élèves a un aspect positif et négatif à la fois. Pour le premier aspect, la collégienne qui fait le planning familial ne pense pas à son futur mariage car cela peut la conduire à la stérilité. Pour le côté positif, le planning familial peut aider l’élève à ne pas tomber enceinte car le fait d’allaiter un nouveau-né n’est pas chose facile ».

« Il y a beaucoup de filles qui font la prostitution déguisée et pour ne pas tomber enceinte elles font le planning familial » nous a renseigné Mame Deguene Adewopo.

Pour Ibrahima Souma, « le monde a changé et les filles pensent que tout est permis pour eux. C’est pourquoi les garçons en profitent. Et au fur et à mesure de leur relation, cela va engendrer des conséquences qu’ils ne seront pas en mesure d’assumer. Je suis contre la planification familiale parce que ça peut nuire à la fille ».

Mame Deguene Adewopo revient pour être plus explicite sur la prostitution déguisée: « c’est le fait d’avoir plusieurs copains et de faire des rapports avec chacun d’eux. Elles ne l’admettent pas mais en fait c’est bel et bien de la prostitution déguisée. Par ailleurs, il y a des filles qui aiment faire des rapports sexuels. Même si leur conjoint ne leur donne rien, elles les font pour se satisfaire. Par contre, d’autres le font parce que leur famille est démunie de ce fait elles font le planning familial pour ne pas tomber enceinte et en échange son copain l’aide avec les frais scolaires et autres dépenses. Malheureusement ce n’est pas en voie de s’arrêter parce que les filles sont matérialistes».

SeneNews