Jhpiego fait le bilan de la mise en œuvre du projet DMPA-SC

Pour garantir la santé maternelle et infantile, l’Organisation Non Gouvernementale Jhpiego a mis en œuvre, depuis 2019, le projet dénommé « Accélérer l’accès au DMPA-SC dans les pays du Partenariat de Ouagadougou ». Ce lundi 20 décembre 2021 à Ouagadougou, les responsables du projet procèdent à la clôture de l’initiative après trois ans d’activités.

Il s’agit, au cours de cet atelier de clôture, de partager les résultats de la mise en œuvre du projet au Burkina Faso et de dégager les priorités pour une seconde phase potentielle. Il a été également question de partager avec les parties prenantes, les résultats du projet au niveau régional ouest-africain francophone.

Selon les initiateurs du projet, il vise à planifier, coordonner, suivre la mise en œuvre de l’introduction et la mise à l’échelle du DMPA-SC dans les programmes nationaux de planification familiale pour accroître l’accès des femmes et des filles à une gamme de méthodes contraceptives en Afrique de l’Ouest.

Selon la Directrice de la Santé et de la Famille, Dr Marcella Valérie Zombré, l’effectivité de ce projet est un soulagement dans la lutte pour la protection de la santé maternelle. « La mortalité maternelle est de 330 pour 100 000 naissances vivantes, pour une norme de moins de 50 pour 10 000. Et la mortalité néonatale quant à elle, est de 23,2 pour 1 000 naissances vivantes pour une norme de moins de 12 pour 1 000 », a-t-elle déploré, ajoutant que ce projet a contribué sans doute à améliorer la santé de la mère et de l’enfant. Elle a poursuivi en soutenant que de nombreuses études ont démontré que la planification familiale est une des stratégies efficaces pour la réduction des mortalités maternelle et infantile. Pour inverser les tendances, elle a confié que le gouvernement burkinabè a institué la gratuité de la planification familiale dans toutes les formations sanitaires publiques du pays depuis 2019.

« La vision de Jhpiego est un monde où le mode de vie d’une femme ne doit pas déterminer sa survie. Un monde où toutes les femmes et leurs familles ont un accès équitable à des services de haute qualité qui sauvent leur vie, services offerts par des prestataires compétents et respectueux », a expliqué Dr Mathurin Bonzi, Directeur-Pays de Jhpiego.

En ligne de mire du programme, précise le Directeur-Pays, figurent quatre objectifs. Il s’agit, entre autres, de déterminer l’état actuel du rôle des décideurs et les goulots d’étranglements dans l’introduction et la mise à l’échelle du DMPA-SC dans certains pays du partenariat de Ouagadougou en collaboration avec les gouvernements des pays concernés et les partenaires de Access collaborative ; de promouvoir des approches catalytiques pour accélérer l’accès à une gamme plus étendue de méthodes variées y compris le DMPA-SC pour les femmes ayant des besoins non satisfaits ; de renforcer la capacité des pays à aller de l’introduction à la mise à l’échelle du DMPA-SC et apporter un appui à Access collaborative pour faciliter la coordination entre les partenaires, relever les défis et disséminer les leçons apprises et les meilleures pratiques au niveau national, régional et global.

L’ONG Jhpiego a mis en œuvre plusieurs projets : le projet «Santé familiale et prévention du Sida» ; le projet «Soins obstétricaux et néonataux d’urgence (SONU)» ; «Le projet Prévention et Transmission mère-enfant (PTME) du VIH» ; le projet «Etendre l’élimination du cancer du col de l’utérus par une stratégie de prévention secondaire (projet SUCCESS) ; le projet «Improving Malaria Care (IMC)» et bien d’autres. Jhpiego est une ONG œuvrant dans le domaine de la santé créée en 1973 à Baltimore, dans L’Etat de Maryland, aux États-Unis. Elle est présente au Burkina Faso depuis 1996.

Publié le 21-12-2021 dans Lefaso