ACTUALITÉS

Articles

Jhpiego lance la phase 2 du projet DMPA/SC

FXd26LvWQAArOOM

Pour contribuer à faire bouger les lignes sur la question de la santé de la reproduction et celle de la planification familiale en particulier, Jhpiego a procédé au lancement de la deuxième phase du projet d’introduction de la contraception injectable sous cutanée à base d’acétate de médroxyprogesterone (DMPA/SC), ce mardi 12 juillet 2022 à Ouagadougou.

La planification familiale fait partie intégrante des éléments à prendre en compte en matière de santé de la reproduction. Tout en contribuant fortement à l’épanouissement de l’ensemble des couches sociales, elle occupe une place de choix dans les choix stratégiques du Burkina Faso. Toutefois, elle reste inappliquée soit pour raison de méconnaissance, soit du fait de l’inaccessibilité des services de planification familiale.

Ainsi, pour remettre au goût du jour la planification familiale qui, jusque-là, peine à être effective au Burkina Faso, Jhpiego contribue à accroître l’accès des femmes et des filles à un éventail élargi de méthodes contraceptives en Afrique de l’Ouest, à travers le projet DMPA/SC. Ce projet est exécuté dans 8 pays issus du Partenariat de Ouagadougou, soutenu techniquement et financièrement par la Fondation Bill et Melinda Gates.

Après la phase 1 d’exécution du projet qui a tenu sur trois ans, plusieurs acquis ont été engrangés. Selon Estelle Dabiré, Secrétaire Générale du Ministère de la Santé et de l’hygiène publique, « Le DPMA-SC a été introduit sur la liste des produits contraceptifs, un plan de passage à l’échelle a été mis au point, les capacités des prestataires sur l’offre du DMPA-SC y compris l’auto-injection ont été renforcées, etc. »

Pour donner suite à la phase 2 du projet « Accélérer l’institutionnalisation du DMPA1/SC dans huit pays du Partenariat de Ouagadougou », elle précise que le but est « de coordonner et soutenir les huit pays dans la mise en œuvre de leurs plans de passage à l’échelle d’institutionnalisation ». Le coût global pour la réalisation du projet pour les trois années à venir est estimé à 1 300 000 dollars.

Pour relever les défis qui freinent la finalité du projet, Jhpiego s’est fixé plusieurs objectifs énoncés par Mathurin Bonzi, Directeur de Jhpiego au Burkina Faso. Il s’agit, entre autres, du renforcement des capacités du pays pour une mise en œuvre accéléré et autonome du plan d’intensification de l’auto-injection du DMPA/SC en collaboration avec le gouvernement. Il s’agit aussi de promouvoir l’engagement et la mobilisation du secteur privé (cliniques, pharmacies, etc.) pour l’offre du DMPA/SC et d’assurer la documentation, la diffusion des bonnes pratiques et des leçons apprises parmi les pays du Partenariat de Ouagadougou, etc.

Tout en souhaitant plein succès au projet qui entre dans le cadre du Plan National de Planification Familiale (PNPF) pour la période 2021-2025, Estelle Dabiré, Secrétaire Générale du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, a réitéré l’accompagnement du ministère pour la réalisation du projet.

Publié le 12-07-2022 dans Le Faso

Partager cet article

Partager sur twitter
Partager
Partager sur facebook
Partager

NEWSLETTER

Soyez informé des dernières actualités.

Inscrivez-vous !

Recevez toutes les actualités du PO directement dans votre boîte e-mail.