Journée Mondiale de la Contraception 2016: La Ministre de la Santé de Côte d’Ivoire invitée sur RFI

A l’occasion de la Journée Mondiale de la Contraception célébrée ce lundi 26 septembre 2016, la Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique de Côte d’Ivoire était l’invitée de l’émission Priorité Santé sur RFI.

Dr Raymonde Goudou-Coffie est revenue sur les politiques mises en place dans son pays, en matière de Planification Familiale et d’accès à la contraception. La Côte d’Ivoire a vu son taux de prévalence passer de 14 à 17% entre 2012 et 2015. Et ceci grâce à une meilleure prise en compte des questions liées à la contraception par le gouvernement ivoirien.


« Nous avons pris la décision de repositionner la question de la planification familiale parce qu’en Côte d’Ivoire nous avons un taux de croissance (démographique [ndlr]) qui s’évalue pratiquement à 2.8% par an. Donc nous avons proposé au gouvernement d’avoir une ligne budgétaire pour pouvoir acheter des contraceptifs en plus des appuis que nous recevons de nos partenaires. On a pu obtenir cette ligne budgétaire qui est estimée à 500 millions de FCFA. Donc il y a cette volonté politique qui est là. »

Pour la Ministre, la Côte d’Ivoire a également fait des progrès remarquables en ce qui concerne la sensibilisation, mais aussi l’accessibilité des moyens de contraception comme la pilule:

« Nous avons fait en sorte que les femmes aient plus accès à la contraception. Nous menons une sensibilisation tous azimuts et surtout au niveau communautaire. Donc il y a gratuité de certains moyens de contraception comme la pilule et la pilule du lendemain. Et par rapport aux tabous, on a souvent des difficultés pour faire comprendre aux hommes qu’il faut protéger la femme et espacer les naissances. Par exemple, nous avons dupliqué le modèle du Niger, qui a mis en place l’école des maris, pour mieux sensibiliser les hommes et les mettre à contribution dans les questions liées à la contraception. Et on a d’excellents résultats à ce niveau-là. »

Selon Dr Raymonde Goudou-Coffie, la Côte d’ivoire a aussi intégré les jeunes dans ces plans d’action en rendant plus accessible la contraception en milieu scolaire, ce qui a considérablement baissé le nombre de grossesses chez les jeunes :

«Il y a deux ans, on évaluait le nombre de grossesses en milieu scolaire à près de 350.000 au niveau des jeunes filles scolarisées. Et actuellement ce chiffre a été réduit considérablement. Par exemple, la pilule du lendemain est gratuite dans tous les centres médico scolaires. Et ça nous permet de lutter contre la mortalité maternelle.»

Après les dures années de la crise postélectorale, la Côte d’Ivoire s’attelle à nouveau au repositionnement de la Planification Familiale dans le pays. Elle est d’ailleurs co-organisatrice de la 5ème Réunion Annuelle du Partenariat de Ouagadougou du 12 au 14 décembre 2016 au Radisson Blu Hotel d’Abidjan. Cette rencontre regroupera plus de 300 participants venus du monde entier pour discuter de planification familiale en Afrique de l’Ouest francophone.

Fatou NDIAYE