La Ligue Ivoirienne des Droits des Femmes aux côtés des victimes

La Ligue Ivoirienne des Droits des Femmes a organisé le samedi 6 juin 2020 à l’espace Seedspace de Marcory Zone 4, une action sociale en faveur des femmes victimes de violences.

Dénommée « La ligue à cœur ouvert : pour qu’elles ne soient plus jamais seules ! », cette action sociale, qui a été organisée en collaboration avec l’ONG Internationale Engender Health, avait pour but d’apporter un réconfort psycho-social ainsi que des dons en nature à 50 femmes survivantes de violences physiques et sexuelles.

La cérémonie a également enregistré la participation effective du Comité National de Lutte Contre les Violences faites aux Femmes – CNLVFFE (MFFE)- la Commission Nationale des Droits de l’Homme et le concours d’une unité de clinique mobile Planning Familial de l’ONG internationale PSI en Côte d’Ivoire.

Au cours de la manifestation, les 50 survivantes de violences ont eu des entretiens individuels avec une psychologue en vue de dresser une liste des besoins d’accompagnement de ces dernières. Elles ont également reçu des kits comprenant des vivres et du matériel de protection contre la Covid-19. La journée a été également marquée par une séance d’information et de services en Santé Sexuelles et Reproductives, assurée par les organisations partenaires EngenderHealth et PSI en Côte d’Ivoire.

Soulignons que la Ligue Ivoirienne des Droits des Femmes forme avec l’ONG Overcome, l’ALFEC, Smart African Women Leaders Platform, WeForHer et le Centre d’Écoute et Conseil Manowach, un réseau féministe engagé dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles envers les femmes.

Pour ces associations, l’assistance juridique, psychologique et sociale apportée aux survivantes de violence n’est pas seulement d’une importance fondamentale, mais joue également un rôle clé dans la mise en place d’une chaîne de confiance entre la société et ces femmes dans le but de briser le silence et protéger leurs droits.

La Ligue et l’ONG internationale Engender Health collaborent pour soutenir les survivantes de violences sexuelles et physiques et promouvoir le respect des droits des femmes, y compris ceux relatifs à la Santé Sexuelle et Reproductive dans cette période de crise sanitaire due à la Covid-19.

Casimir Djezou
Publié le 09-06-2020 dans Fratmat