La Planification Familiale : l’Afrique de l’Ouest Francophone en Mouvement

La planification familiale est l’une des interventions les plus bénéfiques pour l’amélioration de la santé et du développement en général. Néanmoins, l’Afrique de l’Ouest accuse un retard con¬séquent en termes de planification familiale. Avec une moyenne de 5,5 enfants par femme, l’Afrique de l’Ouest présente l’un des taux de fécondité les plus élevés et la croissance de la population la plus rapide au monde. Le nombre important de grossesses non planifiées présente des risques graves pour la santé des mères et des enfants. En Afrique de l’Ouest francophone, environ trois femmes meurent chaque heure de causes maternelles et un enfant de moins de cinq ans meurt toutes les minutes. En réduisant le nombre de grossesses non planifiées et en permettant la planification opportune et l’espacement des grossesses, la contraception pourrait sauver les vies de milliers de mères, de nourrissons et d’enfants chaque année.

En plus de sauver des vies, la planification familiale contribue également à élever le statut des femmes. Les femmes qui ont moins d’enfants et des grossesses plus espacées peuvent davantage participer aux activités génératrices de revenus pour le foyer et aux activités communautaires, ce qui favorise l’équité entre les sexes et l’autonomisation des femmes. Le choix reproductif est un droit fondamental qui est essentiel pour améliorer la qualité de vie des femmes, des couples, des jeunes, des familles et des communautés. Mais, en l’absence d’accès aux informations pertinentes et à des services de haute qualité, ce droit ne peut pas être exercé.
En février 2011, la conférence de Ouagadougou, « Population, développement et planification familiale en Afrique de l’Ouest : l’urgence d’agir », a rassemblé les représentants de huit pays francophones d’Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Togo). La Côte d’Ivoire a rejoint à l’initiative plus tard. Les délégations nationales sont arrivées à un consensus important, toutes s’accordant sur la nécessité de prendre des mesures concrètes pour accroître l’utilisation de la planification familiale dans leurs pays respectifs. Un engagement similaire a été pris par les partenaires techniques et financiers (PTF) pour soutenir la planification familiale en Afrique de l’Ouest.

Ce livre blanc propose des pistes et cibles d’investissement dans la planification familiale afin de stimuler le progrès en Afrique de l’Ouest. Il fournit des recommandations pour faire avancer la planification familiale, mobiliser la volonté politique et les ressources, et mettre en oeuvre une coordination des ressources et des activités.

La planification familiale peut jouer un rôle beaucoup plus important dans le développement de la région. Les retours sur investissement sont énormes. Par exemple, en Afrique de l’Ouest francophone, investir dans la planification familiale pour répondre aux besoins non satisfaits exprimés par les femmes pour espacer ou limiter les naissances permettrait d’éviter 7 400 décès maternels et 500 000 décès d’enfants dans les 10 prochaines années. L’épargne cumulée des coûts des soins en santé maternelle et infantile sera de 182 millions de dollars (USD) pour les 10 prochaines années et de 1,9 milliard d’USD d’ici 2040.2 Par ailleurs, une analyse régionale indique que chaque dollar (1 USD) investi dans la planification familiale économise trois dollars dans d’autres secteurs de développement qui contribuent à la réalisation des OMD (l’éducation, les vaccinations, l’eau et l’assainissement, la santé maternelle et le traitement du paludisme) : un retour sur investissement important !