La Planification Familiale, un investissement clé pour le développement

Malgré la baisse de la mortalité maternelle entre 1990 et 2013, les données sur la santé de la mère, de l’enfant et les données démographiques appellent à l’accélération des progrès enregistrés dans les neufs pays du Partenariat de Ouagadougou. C’est le message fort qui est ressorti des interventions des personnalités ayant présidé à l’ouverture de la 4ème Réunion annuelle du Partenariat de Ouagadougou à Cotonou, Mercredi 09 Décembre 2015, sous l’égide du ministre de la santé, Pascal DOSSOU TOGBE.

Le Partenariat de Ouagadougou 2016-2020 : La phase d’accélération, l’intention que recèle le thème de cette 4ème Réunion annuelle du PO, a été repris dans les discours d’ouverture. S’inscrivant dans la logique de ce thème, le directeur de l’Organisation Ouest africaine de la santé, Dr Xavier CRESPIN, a donné des chiffres qui montrent la progression de la situation de la santé de la mère et de l’enfant dans la sous-région Ouest africaine mais dont les pays ne peuvent se réjouir en raison de leur caractère faible par rapport aux autres pays.

Ainsi, a-t-il cité le rapport mondial sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), qui révèle qu’entre 1990 et 2013, la sous-région est passée de 990 décès à 510 décès pour 100 mille naissances. Le taux de mortalité infantile est passé de 177 à 97 pour mille naissances. En matière d’interventions, ces dernières années a-t-il souligné, l’OOAS a apporté des appuis multiformes aux différents membres avec l’appui de ses partenaires. Ces appuis ont permis à 2600 couples d’être protégés. Mais malgré ces avancées, la mortalité est 3,5 fois plus élevé dans les pays  de l’Afrique de l’Ouest que dans les autres pays en développement et cette situation est aggravée par la non couverture des besoins en PF, a mentionné Dr Xavier CRESPIN. Le directeur de l’OOAS a assuré son engagement de travailler à faire du Po une réussite. « C’est un moment d’espoir, de partage et d’encouragement que de voir le Po avancé » a-t-il ajouté.

«La planification familiale est le premier pilier de réduction de la mortalité maternelle » a déclaré à son tour la présidente du comité locale d’organisation de la 4ème Réunion annuelle du PO, Olga HOUINOTA. La réunion de Cotonou permettra de faire le Bilan des actions des gouvernements en faveur de la PF de 2011 à 2015 et d’identifier les mécanismes d’accélération des progrès pour les quatre prochaines années  a-t-elle précisé. L’ambassadrice des Etats-Unis près le Bénin, Lucy TAMLYN, a abondé dans le même sens en soulignant l’importance de cette réunion qui permettra de faire le bilan des actions. Elle a précisé que le gouvernement des Etats-Unis œuvre pour le repositionnement de la PF qui constitue un investissement clé pour le développement socio-économique.

«Il y a un lien direct entre la capacité des femmes à espacer leur naissance et leur épanouissement personnel et celui de leur famille » a-t-elle ajouté en expliquant que les femmes qui planifient les naissances ont plus de ressources à investir dans l’éducation de leurs enfants qui à leur tour accèdent plus à des opportunités sur le plan économique. Le Ministre de la santé, Pascal DOSSOU TOGBE, à son tour, a rappelé que la 4ème Réunion permettra de retenir les axes de performances et les domaines dans lesquelles il faut travailler le plus pour réussir l’accélération des progrès à l’horizon 2020.

Béatrice KOUMENOUGBO

l’autre Quotidien