Le Burkina Faso élabore un nouveau plan de Planification Familiale

Le Ministre de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, a présidé la cérémonie de lancement officiel de l’élaboration du Plan National de Planification Familiale 2021-2025 du Burkina Faso. C’était ce jeudi 18 février 2021 à Ouagadougou en présence du Ministre en charge de la Communication et des partenaires techniques et financiers du secteur de la santé, avec leur chef de file, l’OMS.

Le plan national 2021-2025 du Burkina Faso de planification familiale est la troisième génération des plans d’action nationaux budgétisés. Il remplace le Plan National d’Accélération de la Planification Familiale (PNAPF) qui couvrait la période 2017-2020 et qui avait pour objectif de faire passer la prévalence contraceptive de 22,5% en 2015 à 32% en 2020. Le PNAPF a engrangé de nombreux acquis, notamment, le développement de stratégies pour rapprocher les services de planification des populations, la délégation des tâches et la gratuité de la planification familiale lancée en décembre 2020 par le président du Faso.

Malgré ces acquis, force est de reconnaitre que des défis restent à relever pour atteindre un meilleur taux d’accès et d’utilisation de la planification familiale qui, comme le rappelle le Ministre de la Santé, permet de réduire de 30% le ratio de mortalité maternelle et de 20%, le taux de mortalité néonatale. Au nombre de ces défis, il y a l’mplication des hommes dans la planification familiale, l’offre de services conviviaux adaptés aux besoins des adolescents et des jeunes en planning familial, la disponibilité continue des produits contraceptifs, explique le Ministre de la Santé.

Le nouveau plan national dont l’élaboration a été lancée ce jeudi 18 février 2021 viendra donc contribuer à relever ces défis.

« Ce nouveau référentiel est capital pour la suite des événements parce qu’actuellement nous sommes dans une période charnière. Notre plan de développement sanitaire s’élabore tous les dix ans. Et le dernier plan est échu en même temps que le plan d’accélération de la planification familiale. Donc actuellement nous sommes en train de concevoir un plan national de développement sanitaire projeté sur dix ans qui prendra en compte les préoccupations de planification familiale pour les cinq prochaines années. Aujourd’hui il est important de faire une bonne planification des besoins, afin que nous puissions accélérer la transition démographique pour profiter du dividende démographique », a indiqué le Ministre de la Santé.

Au cours de la présente rencontre, devraient être affichés les résultats du rapport final de la revue terminale du PNAPF 2017-2020. En effet, en vue de mesurer le niveau de performance des indicateurs de base dans la mise en œuvre du PNAPF 2017-2020, une revue finale dudit plan a été réalisée de mars à novembre 2020. Avant d’élaborer le nouveau plan, il est nécessaire que les participants s’approprient les résultats du plan qui l’a précédé.

Cette rencontre sera aussi l’occasion de voir la méthodologie d’élaboration du nouveau plan national 2021-2025 de planification familiale, de recueillir des suggestions des participants pour consolider les actions prioritaires et les recommandations à prendre en compte dans l’élaboration du plan et de présenter la feuille de route de son élaboration.

A en croire la Représentante Résidente de l’OMS au Burkina Faso, Dr Alimata Diarra Nama, « investir dans la planification familiale est une nécessité pour le Burkina Faso qui veut réaliser le dividende démographique et réussir son développement socioéconomique. C’est pourquoi je salue l’initiative d’élaboration d’un nouveau plan national de planification familiale et j’assure de la disponibilité de l’ensemble des partenaires techniques et financiers à accompagner le processus».

Justine Bonkoungou
Publié le 19-02-2021 dans Lefaso