Le guide national de conduite du dialogue parents-enfants en matière de SSRAJ au cœur d’un atelier de formation à Aplahoué

Une quarantaine de chefs des centres de promotion sociale venus des départements du Mono, du Couffo, du Littoral, de l’Ouémé et quelques acteurs de la société civile, renforcent depuis ce lundi, leurs capacités sur le guide national de conduite du dialogue parents-enfants en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes,(SSRAJ).

Cet atelier, organisé par la direction de la famille, de l’enfance et de l’adolescence et le ministère des affaires sociales et de la micro finance avec l’appui financier et technique de l’UNFPA, permettra aux participants d’acquérir de nouvelles connaissances pour gérer toutes les situations liées à l’éducation sexuelle et reproductive des enfants dans leur communauté respective.

Ainsi, durant la session de formation, les participants échangeront entre autres sur le mode d’emploi du guide de dialogue parents-enfants (DPE), l’importance du DPE sur la SSRAJ, la famille et la religion, le respect de la dignité humaine, les valeurs, attitudes et sources d’apprentissage de la sexualité.

S’adressant aux participants, le directeur départemental des affaires sociales et de la micro finance, Thomas Diya, a fait remarquer que la vulgarisation du guide dialogue parents-enfants est venue à point nommé car, indique-t-il, « il permettra aux participants, de jouer pleinement leur partition dans ce processus afin que ce guide, devienne une réalité au Bénin ».

Selon la directrice de la famille, de l’enfance et de l’adolescence, Solange Odjo, ce guide qui se met pour la première fois de façon formelle à la disposition des parents est un outil qui leur permettra de répondre à toutes les questions de curiosité des enfants quant à ce qui concerne la sexualité.

A l’en croire, avant de briser le tabou qui est fait autour du sexe au niveau des parents, il urge qu’il soit d’abord brisé au niveau des assistants sociaux à qui ces parents font souvent recours en cas de dommages causés à leur progéniture ou à eux-mêmes.

Procédant à l’ouverture de l’atelier, le représentant de la directrice générale de la famille et des affaires sociales, Appollinaire Dazogbo, a précisé que les enfants ont besoin d’être accompagné de la bonne manière.

Par ailleurs, conscient qu’il est difficile de parler de la sexualité à son enfant, Appolinaire Dazogbo a martelé que les parents sont tenus d’en parler parce que, explique-t-il, « nous avons l’obligation de bâtir une jeunesse ou une relève qualifiée qui puisse être adaptée à toutes les situations de la vie ».

Publié le 04-12-2018 dans ABP