Le Sénégal autorise le passage à l’échelle de l’auto injection du Sayana Press

Par lettre circulaire 02556 MSAS/DGS/DSME en date du 28 février 2018, le Ministre de la Santé et de l’Action Sociale du Sénégal, M. Abdoulaye Diouf SARR a autorisé le passage à l’échelle « de l’auto-injection de contraceptif en sous cutané (Sayana Press) par les femmes dans tous les districts sanitaires » du pays. Cette décision importante, se situe dans le contexte de l’adoption d’interventions à haut impact sur la planification familiale, afin d’atteindre l’objectif de 45% de Taux de Prévalence Contraceptive (TPC) en 2020 et de réduire les Besoins Non Satisfaits de 25,2% à 10%, dans le but de baisser la mortalité maternelle et d’accélérer la transition démographique pour un Sénégal émergent en 2035.

Selon le plan de passage à l’échelle de l’auto-injection du DMPA-SC (Sayana Press) au Sénégal, les contraceptifs injectables sont les méthodes les plus utilisées par les clientes PF au Sénégal (42% EDS 2012) comme ailleurs en Afrique sub-Saharienne parce qu’ils sont discrets et conviennent donc aux femmes qui ont des soucis par rapport à la confidentialité. Cependant, les longues distances aux structures de santé, les longues attentes pour le service et les ruptures occasionnelles dans la disponibilité des services expliquent en partie le nombre important de femmes qui ne continuent pas à recevoir la méthode de leur choix, et par conséquent augmentent ainsi le nombre des inactives. L’auto-injection est donc une alternative qui donne plus de la flexibilité aux utilisatrices en leur permettant de répondre à leur besoin de PF chez elles. Cette décision s’inscrit donc dans l’approche des 3 D à savoir la démédicalisation, la décentralisation et la démocratisation de la contraception, mais aussi de la délégation des taches dans les pays du Partenariat de Ouagadougou.

Grace à un financement de la Fondation Bill & Melinda Gates, au soutien local de l’UNFPA, de l’USAID, et de plusieurs autres partenaires, le Sénégal était déjà passé à l’échelle nationale pour le DMPA SC, après une phase d’introduction pilote de 18 mois (janvier 2015 à juin 2016). Le DMPA-SC (nom de marque Sayana Press), élargissait la gamme des méthodes existantes disponible dans les centres de santé. Il se présente en un seul dispositif Uniject facile à utiliser. Cependant il était administré par des agents de santé et non par les femmes elles-mêmes par auto-injection.

Les résultats satisfaisants obtenus dans le cadre de la validation pour passage à l’échelle des expériences communautaires du Ministère de la Santé et de l’Action Sociale ont permis l’autorisation ministérielle contenue dans la circulaire ci-dessus citée.

Plusieurs pays du Partenariat de Ouagadougou ont, comme le Sénégal, adopté le DMPA SC, précisément le Sayana Press depuis un moment, mais sont toujours à la phase pilote ou sont passés à l’échelle dans le cadre de l’administration par les agents de santé. Ce passage à l’auto injection pourrait servir de repère à ces pays pour apprendre afin d’avancer plus rapidement vers l’atteinte de leurs propres objectifs de croissance de TPC, mais également celui d’atteindre 2.2 million de femmes additionnelles utilisatrices de méthodes d’ici 2020.

EtriLabs staff writer