ACTUALITÉS

Articles

Les acteurs de la Santé de la Mère et de l’Enfant se penchent sur le SAP et la disponibilité des produits contraceptifs en cette période de pandémie.

IMG-20210306-WA0003-768x574-1

Dans le cadre de l’amélioration de la planification familiale pour lutter contre la mortalité maternelle et néonatale, l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) a organisé un atelier sur le Système d’Alerte Précoce (SAP) des produits contraceptifs à travers le réseau mondial de visibilité et d’analyse de la Planification Familiale.

Une initiative qui montre, en effet, que la planification est une priorité au niveau de notre pays pour améliorer la santé de la mère et de l’enfant, mais également la disponibilité, l’accessibilité et la qualité des services et produits de santé sexuelle et reproductive. Laquelle disponibilité desdits produits est intégrée dans le cadre de la réalisation de trois résultats transformateurs dans les pays d’Afrique de l’Ouest et ailleurs dans le monde.

Selon le Directeur de la Santé de la Mère et de l’Enfant, Mamadou Doucouré, « la planification familiale est l’une des interventions les plus efficaces pour lutter contre la mortalité maternelle et néonatale. Vu que la planification familiale est tributaire d’une bonne chaîne d’approvisionnement, il est important alors d’avoir des données logistiques en temps réel. C’est pour cela que l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) a organisé cet atelier sur le système d’alerte précoce pour les produits contraceptifs qu’on appelle SAP ».

Un atelier d’une importance capitale, si l’on se fie au Dr Doucouré qui renseigne que, cela  permettra aux pays de partager et d’analyser les données logistiques sur les produits contraceptifs, mais aussi de voir les dysfonctionnements en matière de disponibilité des produits contraceptifs et de proposer des solutions  innovantes.

Aussi, fera-t-il remarquer que « l’ensemble  des pays de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé et les partenaires techniques et financiers sont regroupés autour de cet important atelier pour mettre en place des recommandations pertinentes qui seront  formulées afin d’aider les pays à améliorer leurs dispositifs pour rendre disponibles les médicaments. »

Cependant, malgré le contexte particulier de la COVID-19, poursuit-il, l’atelier du système d’alerte précoce s’est également tenu pour anticiper sur la rupture de certains produits contraceptifs. Nous allons notamment trouver des solutions qui vont permettre  d’avoir un stockage important de ces produits pour un temps bien déterminé qui félicitera l’arrivée des produits contraceptifs qui ont du mal à être acheminés au niveau du pays.

Publié le 20-01-2022 dans Dakaractu

Partager cet article

Partager sur twitter
Partager
Partager sur facebook
Partager

NEWSLETTER

Soyez informé des dernières actualités.

Inscrivez-vous !

Recevez toutes les actualités du PO directement dans votre boîte e-mail.