Les adolescentes et femmes en action pour le projet jeunes en vigie

Renforcer l’accès des adolescentes et jeunes femmes à des services de santé de qualité intégrés, adaptés à leurs besoins et contraintes spécifiques en respectant leurs droits : tel est le défi que s’est lancé le projet Jeunes en Vigie. 

 Le projet « Jeunes en vigie – De l’audit social aux droits à la santé pour tous et toutes : les adolescentes et jeunes femmes en action » est déployé dans deux pays de l’Afrique de l’Ouest  (Burkina Faso et Sénégal) depuis septembre 2020 pour une durée de 3 ans. Lors d’un atelier tenu du 1er au 05 mars 2021 à Ouagadougou, il a été question pour les membres du consortium – constitué de Equipop, JED, RAES, BURCASO et SOS/JD – de valider et de s’approprier les modules thématiques et de média training  du projet. A travers les activités qui seront menées sur le terrain (audits sociaux, mobilisation sociale et politique, renforcement des structures sanitaires et capitalisation), ce projet permettra de : 

  • Renforcer les capacités des prestataires de santé à fournir des informations et des soins de prévention et de prise en charge des trois pandémies de qualités et adaptés aux AJF et des DSSRAJ
  • Accompagner le changement des normes sociales et des politiques 
  • Produire de nouvelles connaissances sur les outils et méthodologies visant à renforcer les capacités des AJF et des prestataires de santé pour améliorer l’offre de soins auprès des jeunes (spécifiquement sur la SR/PF et les 3 pandémies – VIH/Sida, paludisme et tuberculose) 

Il s’agit  de mettre les  adolescentes et les jeunes femmes au cœur de l’action à travers des activités de renforcement de capacité, d’accompagnement dans le changement des normes sociales et de production des connaissances. De ce fait, elles pourront interpeller les autorités nationales et locales sur leurs engagements et avancées dans la prise en compte de leurs droits et santé sexuels et reproductifs et la  lutte contre les 3 pandémies.

Au Burkina et au Niger, les actions du projet ont chacune, une portée nationale. Les activités de terrain se dérouleront au Burkina dans les districts sanitaires de  de Koudougou et Réo (région du Centre-Ouest située à 110 kilomètres de Ouagadougou), et dans les districts de Koupéla et Tenkodogo (région Centre Est) ; au Sénégal dans les districts sanitaires de Matam (Matam) et de Mbour (Thiès). 

Les jeunes en mouvement pour réaliser un audit social

Faire un audit social sur les droits à la santé pour tous et toutes, tel est le credo du projet Jeunes en vigie. Pour ce faire, ce sont les jeunes femmes qui sont au centre des audits. Loin d’être observatrices ou bénéficiaires dans la mise en œuvre du projet, les jeunes filles sont au cœur des actions de redevabilité sociale destinées à faire respecter leurs droits. 

Le projet permet de développer leurs capacités d’interpellation des détenteur·rice.s d’enjeux sur les questions de DSSR et des soins liés aux 3 pandémies pour les jeunes et en particulier pour les jeunes filles dans les localités d’intervention. Aussi, il facilite leur l’empowerment tout en renforçant leurs capacités à porter le changement en matière d’accès à l’information et aux soins de santé.

Les composantes de la redevabilité sociale

La responsabilité sociale fait référence aux efforts collectifs des citoyens et de la société civile pour aider les prestataires de services, les représentant·e·s du gouvernement et les décideurs·deuses, responsables des services, à être plus efficaces. Les audits sociaux qui seront menés dans les 6 districts d’intervention entre le Burkina Faso (4 districts) et le Sénégal (2 districts), visent à identifier les problèmes liés à l’accès aux services DSSR et trois pandémies de qualité pour ensuite, trouver des solutions avec les autorités locales et sanitaires grâce à de la mobilisation sociale et politique. La redevabilité sociale permet de se tenir mutuellement responsables de l’amélioration de l’accès, de l’équité et de la qualité des services.

Publié le 26-07-2021 dans Equipop