Les bailleurs du Partenariat de Ouagadougou visitent l’hôpital général de Bingerville


Le mardi 19 avril à Abidjan, la délégation des bailleurs du Partenariat de Ouagadougou (PO) pour la Planification Familiale (PF) en visite de travail de trois jours sur le territoire ivoirien, ont  procédé à la visite des sites des projets ou programmes abritant des activités de la PF. A l’hôpital général de Bingerville, le directeur, Dr Deka Paulin Christian a pris l’engagement de « booster l’activité de la PF dans son centre ».

6bcaf48b5629810340700b88994d2bd5_L

Il a par ailleurs sollicité l’aide de l’ambassade de France, représentée par la chargée de mission Mme Claire TESSIER, pour que les moyens soient mis à la disposition de l’hôpital. Toute chose qui fera de ce centre, un véritable hôpital  d’excellence, a plaidé Dr Deka.

« Nous recevons beaucoup de monde ici. Mon rêve c’est que très rapidement, nous soyons un centre d’excellence pour former les autres et atteindre les objectifs. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien… », a-t-il plaidé.

Dr Eliane Marilyne DOGORE, Country Program manager de Engender Health et directrice pays du projet « AgirPF »,  a réagi pour  appuyer également  cette requête du directeur de l’hôpital général de Bingerville. A l’en croire, cet hôpital pratique un modèle de gestion à encourager et a un personnel à féliciter pour son sens du professionnalisme.

Quant à Mme Koffi Akoua Isabelle, sage-femme spécialiste en Santé publique au Programme National de la Santé de la Mère et de l’Enfant (PNSME), point focal de planification familiale, elle a indiqué que les bailleurs ont décidé de visiter les sites où se pratique la PF. Dont  un site où intervient l’ONG AIBEF, un site des jeunes (élèves)et une structure du ministère de la santé appuyé par un partenaire, comme l’hôpital général de Bingerville. Car il est l’un des centres appuyé par Engender Health, à travers le projet « AgirPF». Ce centre a été identifié comme centre d’excellence (il y a tout ce qu’il faut). Il sera par la suite un centre de formation au niveau national, a-t-elle ajouté.

Divisés en trois groupes, les bailleurs ont concomitamment visité à Abidjan, l’hôpital général de Bingerville, le Service de Santé Scolaire et Universitaire (SSU) de Marcory et la clinique AIBEF de Yopougon-Attié .

Depuis sa création en 1989, la clinique de l’Association Ivoirienne pour le Bien-Etre Familial (AIBEF) est située au sein de l’hôpital général de Yopougon-Attié. Au départ, elle offrait plus spécifiquement les services de planning familial, d’Ist et de Cdv. Mais progressivement, elle a intégré d’autres services que sont la prise en charge des personnes vivant avec le Vih/sida, la médecine générale, la gynéco-obstétrique, la pédiatrie, les soins après l’avortement et la prévention du col de l’utérus par l’Iva.

Le centre de santé scolaire et universitaire de Marcory reçoit plus d’élèves et étudiants fréquentant les établissements  d’éducation/formation de la commune résidente ainsi que le personnel d’encadrement. Il offre, entre autres, les services  en rapport avec la santé sexuelle et reproductive, notamment la PF depuis trois ans.

Cette visite des bailleurs clés du PO pour la planification familiale fait suite aux nombreuses recommandations prises à Cotonou en 2015 (rencontre bilan du PO). Ceux qui ont la responsabilité de financer les activités du Po, veulent ainsi s’imprégner des difficultés enregistrées sur le terrain et voir les progrès réalisés. Donc, après avoir visité le Burkina Faso, le Mali et le Niger, c’est le tour de la Côte d’Ivoire, puis de deux autres pays du PO (la Guinée et le Togo).

Ce vendredi, l’ensemble des bailleurs de fonds du PO pour la planification familiale avec à leur tête Mme Fatimata SY, sera reçu cet après-midi par la ministre ivoirienne de la Santé et de l’Hygiène publique, Dr. Raymonde Goudou-Coffie, au Plateau.

Le Partenariat de Ouagadougou (PO) est un mouvement de neuf pays de l’Afrique de l’ouest francophone (Burkina Faso, Sénégal, Mali, Togo, Guinée, Niger, Mauritanie, Bénin et Côte d’Ivoire). Ils  veulent tous  révolutionner la planification familiale dans cette partie de l’Afrique, où le taux de prévalence préventif en mortalité maternelle et infantile est faible.

Isabelle SOMIAN

Fratmat.Info