Lomé accueille du 19 au 21 août 2015 une Rencontre Sous Régionale sur la Santé Sexuelle et de Reproduction (SSR) organisée par l’UNFPA

Seize (16) pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre seront du 19 au 21 août 2015 à Lomé, à une rencontre d’échanges sur la question de l’accès universel aux services de santé en matière de sexualité et de reproduction et sur les questions des droits de l’homme, a appris l’Agence de presse Afreepress de la représentation du Fonds des Nations Unies pour la population au Togo (UNFPA-Togo).

Prendront part à cette rencontre de Lomé, les experts venus du Bénin, du Burkina Faso, du Cameroun, du Tchad, de la Côte d’Ivoire, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée, du Liberia, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Nigeria, du Sénégal, de la Sierra Leone et du Togo.

Initiée par le Fonds des Nations pour la Population (l’UNFPA), cette rencontre de trois (3) jours vise à identifier les goulots d’étranglement et les approches stratégiques pour renforcer et améliorer les services intégrés de planning familial et de santé maternelle.

Les participants à cette rencontre auront à partager les expériences de leur pays sur l’accès universel à la santé sexuelle et de reproduction (SSR) et aux droits de la reproduction ; à identifier les modalités pour l’intégration du planning familial dans les services de santé maternelle et infantile en utilisant le système de santé et l’approche droits de l’homme ; puis à développer des plans d’action spécifiques aux pays pour améliorer un kit de services santé maternelle et néo natale et planification familiale intégrées pour les femmes, les jeunes et les adolescentes.

Selon les statistiques, seules 12% des femmes enceintes qui ont besoin de soins obstétricaux d’urgence et de soins aux nouveau-nés les reçoivent effectivement dans cette sous-région. L’utilisation de contraceptifs est faible et les besoins de contraception non satisfaits restent élevés. Dans l’ensemble le taux de prévalence de la contraception est passé de 13% en 1990 à 23% en 2007 puis à 27% en 2012.

Par ailleurs, les besoins de l’Afrique en planning familial sont les plus élevés au monde. L’UNFPA et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estiment que les besoins non satisfaits en planning familial sont d’environ 25% dans la région et constituent environ le double des besoins mondiaux non satisfaits (WHS 2013).

Elisabeth S.

iciLomé.com