L’UCPO au congrès annuel de l’AIMF pour parler de la Planification Familiale en milieu urbain

Ce mercredi 28 septembre 2016 a démarré à Beyrouth, la 36ème Assemblée Générale de l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF). La rencontre qui s’est tenue pendant 3 jours a été l’occasion pour les participants de se pencher sur le thème choisi cette année, à savoir « Construire la ville du vivre ensemble ».

L’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou (UCPO) est représentée à Beyrouth et a participé le vendredi 30 septembre 2016 à un atelier intitulé : « Améliorer la santé, sauver des vies: Stratégies et innovation pour la santé de la reproduction en milieu urbain ». Madame Fatimata Sy, Directrice de l’UCPO a fait une présentation sur l’importance de la Planification Familiale pour les habitants de la ville et du rôle que les villes peuvent y jouer.

En effet, la dense urbanisation dans certaines villes d’Afrique de l’Ouest est liée à la forte natalité qui y prévaut. La population urbaine en Afrique est passée de 115 millions en 1970 à 413 millions en 2010, soit presqu’un quadruplement en 40 ans. Cette forte croissance constitue un réel frein au développement économique des pays africains, d’où l’importance de mettre en place des politiques de planification familiale en milieu urbain. L’Initiative Sénégalaise de Santé Urbaine (ISSU) est un exemple d’initiative de promotion de la planification familiale dans des zones urbaines défavorisées au Sénégal. Monsieur Babacar Guéye, Directeur d’Intrahealth Sénégal, qui a fait également partie du panel de l’atelier, a présenté les résultats de ce projet. Parmi les autres panélistes de cet atelier, il y avait Béatrice Nere de la Fondation Bill and Melinda Gates ainsi que Jane O. Ebot (Analyste de performance pour l’Initiative Challenge) du Bill and Melinda Institute. Le panel a été facilité par Valérie Nkamgang Bemo, également de la Fondation Bill and Melinda Gates.

Le Partenariat de Ouagadougou est actuellement dans sa phase d’accélération avec pour objectif 2,2 millions d’utilisatrices additionnelles de méthodes contraceptives modernes d’ici 2020 dans l’ensemble des 9 pays membres.

Fatou Ndiaye