L’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou (UCPO) lance une initiative inclusive pour impliquer les sociétés civiles comme partenaires stratégiques dans l’atteinte les objectifs de 2030.

Dakar, Sénégal – 08 Juin 2021 – L’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou (UCPO) a lancé une nouvelle initiative pour cultiver davantage le pouvoir des Sociétés Civiles de la région afin qu’elles jouent un rôle stratégique dans l’atteinte de l’objectif ambitieux de 13 millions d’utilisatrices de contraceptifs modernes dans les 9 pays membre du Partenariat de Ouagadougou (PO) d’ici 2030. Au cours des dix dernières années, les Coalitions de la Société Civile ont contribué à la réalisation des objectifs du PO, à savoir ajouter plus de 3,8 millions d’utilisatrices de contraceptifs modernes entre 2011 et 2020. Sur la base des leçons apprises et des résultats des consultations menées auprès des parties prenantes, la nouvelle approche Société Civile du Partenariat de Ouagadougou (PO) s’appuiera sur les réalisations précédentes et les objectifs actuels pour concevoir une nouvelle stratégie axée sur l’inclusion, la diversité et des indicateurs d’efficacité clairs.

« La société civile joue un rôle essentiel dans l’atteinte des objectifs du Partenariat de Ouagadougou comme elle l’a démontré dans son accompagnement et son engagement ces 10 dernières années « , a déclaré Marie Ba, Directrice de l’UCPO.

« Au vu de la nouvelle stratégie et de la vision du Partenariat à l’horizon 2030, l’implication et l’impact de la société civile sont encore plus importants. Le PO et son Unité de Coordination ont donc intérêt à soutenir cette société civile dans sa pluralité et pour la visibilité de sa contribution à l’atteinte de l’objectif qui nous lie”. Marie Ba, Directrice de l’UCPO

Le projet Société Civile pour le Repositionnement de la Planification Familiale  (CS4FP) mené par Intrahealth International, avec le financement de la Fondation Hewlett et du Gouvernement des Pays-Bas, a joué un rôle important dans la structuration de coalitions nationales et régionales de la Société Civile et dans le renforcement de leur capacité à plaider en faveur d’un positionnement plus important de la planification familiale dans les politiques et programmes de sante dans la sous-région. Avec la fin de ce projet qui a duré 10 ans, l’UCPO continuera à soutenir les organisations existantes et futures de la société civile afin de faire avancer la vision et la mission du Partenariat.

« En plus du suivi des engagements pris par leurs gouvernements respectifs, les coalitions de la société civile sont devenues des acteurs et des parties prenantes clés pour la mise en œuvre des Plans d’Action Nationaux budgétisés (PANBs) des pays, y compris le suivi de leur mise en œuvre et le développement de nouveaux plans », a déclaré Moctar Diallo, Directeur de CS4FP+.

« La Coalition Régionale remercie CS4FP, IntraHealth International et l’UCPO pour leur soutien multiforme » a souligné Mamoutou Diabaté, Président de la Coalition Régionale de la Société Civile pour la Planification Familiale.

Pape Gaye, ancien Président et Directeur Général d’IntraHealth International, dont l’engagement et le leadership sont reconnus dans la région du PO et au niveau international, dirigera l’élaboration d’une nouvelle stratégie Société Civile du PO, sur la base d’une approche visant à impliquer les organisations de la société civile pour la planification familiale dans les neuf pays du PO. Le processus comprendra des consultations des parties prenantes actuelles et nouvelles pour mieux comprendre la vision de la société civile dans sa diversité et les nouvelles idées pour atteindre de meilleurs résultats.

« Pour mieux asseoir sa stratégie pour la période 2021-2030, et consolider sa position de point focal du mouvement PF dans la région francophone de l’Afrique de l’Ouest, le Partenariat de Ouagadougou travaille d’arrache-pied pour un engagement total et effectif de la Société Civile », a déclaré Pape Gaye, Ancien Président et Directeur Général d’IntraHealth International

« Le PO et son Unité de Coordination estiment que les organisations de la société civile sont l’un des moyens par lesquels la région atteindra ses objectifs en matière de santé reproductive. Elles sont à la fois les meilleures défenseurs et fournisseurs des droits et services de santé reproductive. Le PO considère donc qu’une partie de son rôle consiste à aider ces organisations à guider les gouvernements et bailleurs vers de meilleurs programmes mais également de veiller au respect des engagements en vue du bien-être de nos femmes et populations. », a déclaré Marie Ba. « Pour ce faire, l’UCPO a pour ambition d’élever efficacement et durablement les voix de la société civile et de ses coalitions aux plus hauts niveaux de prise de décision en matière de planification familiale.”

Thiaba Sembene, la nouvelle coordinatrice de la Société Civile de l’UCPO, travaillera en étroite collaboration avec M. Gaye et dirigera la mise en œuvre de la stratégie dans les années à venir.


A propos du Partenariat de Ouagadougou 

Le Partenariat de Ouagadougou a été lancé lors de la Conférence régionale sur la population, le développement et la planification familiale tenue à Ouagadougou, Burkina Faso, en février 2011 par les neuf gouvernements des pays francophones de l’Afrique de l’Ouest, en collaboration avec des partenaires financiers et techniques, dans le but d’accélérer les progrès de l’utilisation des services de planification familiale au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, en Guinée, au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Sénégal et au Togo.

Le Partenariat de Ouagadougou repose sur deux principes : une meilleure coordination des bailleurs de fonds pour maximiser le soutien aux pays et également sur la collaboration et la coopération nationales et régionales pour répondre aux besoins non satisfaits en matière de planification familiale.

Depuis sa création, le PO a contribué à atteindre plus de 3,8 millions d’utilisatrices additionnelles de méthodes modernes de planification familiale dans les 9 pays membres. Son objectif actuel est d’atteindre 13 millions d’utilisatrices de méthodes modernes d’ici 2030, doublant ainsi le chiffre actuel qui est de 6,5 millions.

Contact :
Aminata Diallo, Coordinatrice de programmes : [email protected] 

Murielle Anatohon, Program Manager/EtriLabs : [email protected]