Mahamadou Issoufou: En 2050 ce pays sera le plus peuplé d’Afrique de l’Ouest après le Nigeria! Ce n’est pas gérable

Dans un entretien accordé au journal Jeune Afrique numéro double 3057-3058, le Président du Niger, Mahamadou Issoufou, a abordé de façon claire et précise, les enjeux liés à la transition démographique de son pays. Lorsque le journaliste lui a demandé de donner des exemples sur la politique de Renaissance Culturelle, le Président Issoufou a répondu ceci :

En voici un: la transition démographique. La population du Niger double tous les dix-huit ans. Nous sommes 22 millions en 2019, à ce rythme nous serons 45 millions en 2037. En 2050 ce pays sera le plus peuplé d’Afrique de l’Ouest après le Nigeria! Ce n’est pas gérable, il faut inverser la tendance. La réduction du taux de natalité doit impérativement accompagner celle du taux de mortalité. Sur ce point, le processus de renaissance culturelle doit permettre aux Nigériens de prendre conscience de cette situation, de changer de comportement, de réduire le nombre de naissances et de les espacer. Les premiers résultats de ce travail de pédagogie sont encourageants : le taux de fécondité est passé de 7,6 enfants par femme en 2014 à 6,1 aujourd’hui. 

 

Le journaliste, lui a ensuite demandé comment il comptait dépasser l’obstacle que constitue la résistance de certains religieux conservateurs à toute politique de maîtrise des naissances au Sahel. Il a répondu:

Entre autres par des arguments religieux en faveur de l’espacement des naissances. Ils existent et nous en faisons la pédagogie quotidienne par l’intermédiaire des chefs traditionnels et religieux. Le Perse Tabari, qui fut au Xe siècle l’un des plus grands exégètes du Coran, faisait remarquer que dans les versets du livre saint la notion de richesse passait toujours avant celle de procréation, signifiant par là que seuls doivent être faits les enfants que l’on peut nourrir, soigner et éduquer. Idem pour l’exercice du culte: nous identifions et nous diffusons les versets et hadiths ils sont nombreux en faveur de la tolérance religieuse et de l’Etat de droit.

Ces réponses sans équivoque ou ambiguïté démontrent encore une façon la volonté manifeste du Président Issoufou et de son Gouvernement, de mettre les questions liées à la démographie au premier plan de leurs priorités.

Le Niger est un membre fondateur du Partenariat de Ouagadougou (PO), un mouvement composé de 9 pays francophones d’Afrique de l’ouest et de bailleurs internationaux, dont l’objectif est d’atteindre 2,2 millions de nouvelles utilisatrices de méthodes contraceptives modernes d’ici 2020. Le Partenariat a permis au Niger de faire des avancées significatives en matière de planification familiale. Son taux de prévalence contraceptive est passé de 11,1% en 2012 à 16,2 en 2019 selon track20. La caravane des bailleurs du PO a visité le pays en avril 2019 et a rencontré toutes les hautes autorités politiques, y compris le Président Issoufou, qui a réaffirmé la détermination à rendre l’accès aux contraceptifs plus facile et la planification familiale comme un levier important pour atteindre la transition démographique. Récemment, le pays a pris des actes réglementaires et législatifs permettant la délégation des tâches et le passage à l’échelle national du DMPA-SC communément connu son le nom de Sayana Press.

EtriLabs Staff Writer