Les points focaux du Partenariat de Ouagadougou accordent et harmonisent les missions et responsabilités

S’accorder et harmoniser les missions et responsabilités des points focaux du partenariat de Ouagadougou, tels sont les objectifs essentiels de la rencontre de trois jours qui a ouvert ses portes à Ouagadougou le mercredi 3 juin 2015. Elle a regroupé des coalitions et organisations de la société civile engagées dans la planification familiale.

A l’instar de la lutte contre le VIH/Sida, promouvoir la planification familiale représente aujourd’hui un enjeu important pour la société civile  afin de contribuer à la lutte contre la mortalité maternelle. Depuis 2005, lors de la conférence d’Accra sur le repositionnement de la planification familiale, en passant par l’importante conférence régionale de février 2011 au Burkina Faso et celle de Sally (Sénégal) essentiellement consacrée aux organisations de la société civile , ces dernières se sont toujours positionnées comme des acteurs incontournables dans l’offre de services, la création de la demande et le plaidoyer pour l’amélioration de l’environnement pour la planification familiale (PF).

L’objectif du Partenariat de Ouagadougou était d’accélérer les progrès dans l’utilisation des services de planification familiale au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire,  en Guinée, au Mali, en Mauritanie, au Niger,  au Sénégal et au Togo. Par ailleurs, il s’agit aussi d’atteindre au moins un million utilisatrices additionnelles de méthodes de planification familiale dans les neuf pays concernés d’ici 2015. Avant cette date  butoir,  les  points focaux ont émis le vœu d’harmoniser et de s’accorder sur leurs missions. C’est dans ce cadre que  l’Unité de coordination du partenariat de Ouagadougou avec l’appui des partenaires techniques et financiers a initié ladite rencontre qui se tient à Ouagadougou,  capitale du pays des hommes intègres.  Les travaux qui ont démarré,  le mercredi 3 juin, ont continué jusqu’au 5 de ce mois.

Les neuf pays d’Afrique de l’Ouest membres du partenariat de Ouagadougou participent  à la consultation régionale.  Deux discours ont marqué l’ouverture des travaux. Il s’agit des interventions de la Directrice de l’Unité de Coordination du partenariat de Ouagadougou, Mme Fatimata SY, et du Président des Organisations de la société civile du Burkina, Ousmane OUEDRAOGO.  Ce dernier   a souhaité que cette rencontre régionale puisse aboutir  sur des solutions et réponses appropriées aux préoccupations  de la société civile. Cela à travers des échanges participatifs  et fructueux.

« Vous êtes tous d’accord avec moi que nous avons été parmi  les premiers à  prendre des engagements à la conférence  de Ouaga et nous avons réitéré ces engagements à Sally et à  la conférence  de Dakar »  a-t-il déclaré.

Ajoutant que la société civile est engagée pour  accompagner les Etats dans la mise  en œuvre des plans d’action pour le repositionnement de la planification familiale, mais aussi  à s’impliquer dans tout le processus de  suivi de ces plans.

La Directrice de l’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou, Mme Fatimata SY a apprécié le fait qu’aujourd’hui,  pratiquement dans tous les pays, la planification familiale a été érigée en division. Dans cette dynamique de regain d’intérêt  pour la planification familiale,  les acteurs qui s’investissent doivent penser à se repositionner, à s’organiser pour rentrer dans cette dynamique. A l’en croire,  c’est le sens de la réunion qui se tient.  Mme Fatimata SY croit fermement que beaucoup a été fait. Mais elle soutiendra que les pays gagneraient  mieux en faisant des concertations et   son auto critique tout en se projetant dans l’avenir pour rester dans ce mouvement global. fatimatasy

« Je le dis toujours le Partenariat de Ouagadougou est une opportunité extraordinaire pour les pays francophones de l’Afrique de l’Ouest de rattraper le retard important sur les indicateurs de santé pas seulement pour la planification familiale, mais aussi pour les indicateurs en termes de mortalité  maternelle, infantile indice synthétique de fécondité » a-t-elle estimé.

Il est temps de commencer à travailler et de voir ensemble quelles vont être les perspectives, a-t-elle conclu.

Ramata TEMBELY

MaliActu.net